Folio 123r

Cy commence le jardin esperituel pour religieux et religieusez fort devot.

Rigabo ortum meum plantacionum. C’est la parole du sage en l’espitre d’aujourd’uy. Le sage suppose en ces paroles ycy que il a ung jardin de divers arbres portans pluseurs et divers fruis, et dit qu’il le veult arrouser. Ce n’est pas de merveilles se Salomon qui estoit tant sages et tant vertueux, quant il dit ce, s’il avoit ung biau jardin esper[i]tuel en la terre de son ame. Mais vous qui venes tout droit du siecle, vous ne poves pas ce dire, mais aves ung desert horrible, plain de ronses et d’espines et orties, et pluseurs autres mauvaises herbes. Mais il ne se fault esbahir, car des fors desers fait on les biaux jardins par bien labourer et cultiver sa terre.

Vous aves, dis je, en la terre de vostre ame, ung fort desert, plain de ronses et d’espines, et de pluseurs autres mauvaises Folio 123v herbes. Ronses et espines sont divers vices et peches, passions, mauvaises coustumes et inclinacions que nous avons partie par inclinacion naturelle de nature corrumpu[e], quia xiij [sic]sunt sensus hominis in malum ab adolescencia sua, partie par mauvaise operacion ajouté, c’est a dire par euvre de peché frequente, quia ex actibus frequantatis generantur habitus. Or est il ainsi qu’il fault premierement arracher et extirper ces mauvaises herbes ichi, avant qu’il puist venir fruit qu’il vaille en la terre de nostre ame. Car il est escrit: Novate vobis novale et nolite serere inter spinas. Et aussi selon la parole de nostre signeur en la parabole De semine, la semence qui chet entres les espines ne peust fructifier, quia simul exorte spine suffocaverunt illud. Si vous fault doncque[s] cecy faire, et quant vous ares ce fait, il sera tamps de semer et planter vostre jardin.

Je cuide bien qu’il y a bien et que Folio 124r on y trouvera bien pluseurs saulvajons sur lesques on porra faire pluseurs belles hentes. Mais que vous soies bonne ouvreire, il est vray je n’en doubte point que ja piecha vous aves semé la semence de foy, mais elle n’a peu fructifier pour ces ronses. Mais doresenavant j’ay esperance qu’elle fructifira. C’est la prumiere semence qu’il faust getter en la terre de son ame, quia accedentem ad Deum oportet credere. Et sine fide inpossibile est placere Deo. Et quant elle trouve laditte terre bien disposee, elle gette tantost la belle herbe verde de esperance. Car la vertu d’esperance vient et naist de vraie foi. On descript foy ainsy: Fides est substancia sperandarum rerum, argumentum non apparencium. Et nous veons que ung bon laboureur, quant il a semé son blé et qui vient belle herbe verde et bien patee, il a esperance qu’il aura bon blé.

Or avons nous la grace Dieu bon commencement. Vostre jardin est bel Folio 124v et vert, et n’y a plus ronses ne espines. Il est tamps de aviser comment il sera multiplié de divers arbres et plantacions, ainsi que dit nostre themne, Rigabo ortum meum plantacionum.

Mirra.

Et m’est avis que le prumier arbre qu’il vous fault planter, c’est l’arbre de mirre. C’est arbre ycy porte ung arbre qui est amer au commencement, mais aprés il est fruit tres doulx et delectable. C’est arbre, dy je, de mirre porte le fruit de penitence par contricion, confession, et satisfacion de ses peches. C’est la premiere que doit fere ung jeune homme ou ungne jone femme quant il vienntte a conversion que bien laver leurs conscience par contricion, confession et desplaisance de leu‵rs′ peches. Car in confessione omnia lavantur. Et doitt [on] tres bien et diligamment recogitare omnes annos suos in amar[i]tudine anime sue. Et lors il porront dire: Domine, si sic vivitur et in talibus vita spiritus mei. N’est pas Folio 125r aussi a oublier que le fruit de ceste arbre-cy selon sa proprieté garde tout le corps de nos operacions, affeccions, entencions: ut destruat corpus peccati, de corrupcion de peché et a vermibus viciorum. Car penitence est descripte que c’est doleur des peches perpetres et ferme propos de non rencheoir james, afin quod non regnet peccatum amplius in nostro mortali corpore, ut obediamus concupiscenciis ejus. Cest arbre est de tous poins necessaire, car tous les aultres arbres sans cestuy seroient de nul profit.

Arbor vite

Le second arbre que aves a planter est l’arbre de vie, et est dit arbre de vie car il porte le fruict par lequel l’ame vit en Dieu. C’est assavoir le fruict de devocion, charité et dilettion. Devocion est ascensus mentis in Deum per pium et humilem affectum. Et ainsi que l’ame donne vie au corps, ainsi fait charité a l’ame. Et affin que puisses monter en Dieu petit a petit selon la descripcion de devocion, vous aves a penser Folio 125v les benefices de vostre createur. Et prummierement le benefice de creacion: c’est qu’il vous a fait a sa samblance. C’est gran[t] dignité d’estre fait a la semblance de Dieu. Il ne vous a pas fait une creature insensible, une pierre ou ung arbre; ne une beste mue, asne ou cheval, ou chat ou chien. Mais vous a fait capable de raison. Et par consequent s’a vous ne tient participable de beatitude pardurable.

Vous deves aussi considerer le benefice de redempcion. C’est que pour vous rache[ter] des paines d’enfer là où vous esties a tousjours comdempnes, il a volu souffrir mort et passion. Vous l’aves aussi a remercier qu’il vous a volu naistre en sa foy qu’il n’a pas concedé a plus de ung million de Sara[s]ins lesques sont en peril de pardurable dampnacion par defaulte de foy et de baptesme, quia nisi quis regnatus [sic] fuerit ex aqua et spiritu sancto non potest introire in regnum celorum,c’est nostre foy.

Vous l’aves aussi a Folio 126r remercier de la pacience qu’il a eu en vos peches qu’il ne vous a pas puny tantost comme il a fait pluseurs autres (ausquels il n’a donné ne temps ne heure d’eulx repentir, mais les a tantos precipites en enfer), ains a attendu que vous repentissies et convertissies affin que ne fuissies dampnee. Ne ssitis, se dist l’apostre,quia paciencia Dei ad penitenciam te adducit.

Vous l’aves aussi a remercier que il vous a donné ceste bonne volenté et cogitacion. Il n’est nulle doubte que elle ne vient pas de vous, quia non sumus sufficientes cogitare quid a nobis sed sufficiencia nostra a Deo est. Ce n’est pas aussi petit don que bonne volenté. Que proffiteroient les autres sans elle? Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus bone voluntatis, ce dit l’escriture. Et en especial vous l’aves a remercier qu’il vous a donné grace de venir en religion et estre de ceulx qui sont deputes especialement a son service où vous le poves servir pa`i´siblement et sans soing quelconque Folio 126vet faire vostre sauvement bien legeremen[t] se en vous ne tient.

Le pommier d’obed[ience].

L’autre arbre que vous aves a planter, c’est le pommier d’obedience. Cest arbre port[e] fruict de discrecion et de science de bien et de mal, et n’est pas celui qui fut deffendu a Adam, comme dit l’escriture. De ligno au[tem] sciencie boni et mali ne comedas: in quocumque die comederis morte morieris. Mais de cestuy est le contraire, car qui n’en meng[era] il morra esperituellement, Ponendo bonum malum et malum bonum, en faisant de vice vertu et de vertu vice. A ce fruit ycy comparer nous admonneste instaument Salomon en ses paraboles. La tradicion des sains peres est que on ne peut venir a discretion senon par obedience et volentiers croire conseil. Un[g] religieux ou religieuse, quant il veulete user de leur taittes ne seront ja sages et ne vendront ja a perfeccion, car pluseurs en sont peris et venus a male fin.

Un[g] Folio 127renfant qui est soubz ung maistre pour aprendre aucun art, s’il n’obeist a son maistre, james ne vendra de son art a la science. Ce fruit ycy vous aprendra a vivre sobrie et juste, pie -- pie envers Dieu, juste envers vostre prochain, et sobrie en vous mesmes. Il vous aprendra aussi a cognoistre les temptacions de l’ennemy qui est une chose moult necessaire a une personne qui veust Dieu servir et que porra dire cum apostolo: Non enim ignoramus cogitaciones ejus.

Cest arbre doncques est moult necessaire en vostre jardin qui porte le fruict par lequel on se scet conduire in via mortua, et sans lequel on ne peut venir a bien ne a perfeccion, mimmement selon la sentensse de monsieur saint Anthoine quant les bons peres eurete disputacion par laquelle vertu on venoit plus tost a perfeccium, et l’un disoit par juner, l’autre disoit par veillier. Mais saint Anthoine disoit par discrecium en toutes choses. Et fut sa sentence mou[l]t approuvee de tous.

Le poirier

Folio 127v

L’autre arbre que aves a planter, c’est le poirier de chasteté. Cest arbre cy porte le fruit honorit ex honestis. Nous veons en sainte eglise que p[uis] que ung chanonne garde chasteté, quelque autre chose qu’il face, chascun l’a en honeur et reverence, et dit on que c’est ung saint homme. Il porte aussi le fruict de toute honnesteté, netteté, et pureté. O que plaisant et souef, odorant, est a nostre sig[neur] ce fruit ycy, n’est riens plus certain. On peut bien dire de luy: Bonus odor est Deo et angelis et hominibus. C’est aussi odor vite in vitam. Cest arbre est necessaire au jardin de ung religieux ou religieuse, auttrement y ne sont point agreables a nostre seigneur.

Le figuier.

L’autre que aves a planter est le figu[ier] de povreté. Cest arbre ycy est lait a veoir comme ung figuier qui est communement bossu et tortu, mais toutesvoies il porte tres bon fruit que on Folio 128r peust appeller mundi contemptum. Car ung vray povre de cuer ne tient compte d’office ne de dignité. Il ne tient compte d’or ne d’argent, ne de pierres precieuses, ne de precieux vestemens, ains est content de toute abjeccion, vilité et extremité, et a brief omnia arbitratur ut stercora ut Christum lucrifaciat. Il dit avec le sage: Vanitas vanitatum [e]t omnia vanitas. Et aussi omnis caro fenum, et omnis gloria ejus tanquam flos feni.

Ce fruit ycy est moult pla`i´sant a Dieu. C’est celui duquel y soit communement quant il estoit en ce monde, car il volu toujours estre en povreté, en vilité, en abjeccion, et en extremité. Ce est doncques moult necessaire en vostre jardin.

L’amandier.

L’autre arbre que aves a planter en vostre jardin, c’est l’amandier. Cest arbre porte le fruit dont on fait l’ui[l]e de misericorde, car il vous fault estre piteux et misericors a toutes gens. Ce fruit Folio 128vycy est propre a nostre signeur, quia sibi proprium est misereri semper, et parcere miseraciones ejus super omnia opera ejus. Et veult que nous le ensivons et que aions pitié, non pas seulement de nos amis, mais aussi de nos ennemis: Benefaci[te] hiis qui vos oderunt et orate pro persequentib[us] et calumpniantibus vos, ut sitis filii patris vestri qui solem suum facit oriri super bonos et malos, et pluit super justos et injustos. Et si esurierit in te inimicus tuus ciba ill[um], et si sitit potum da illi. Ceste erbe ycy embellira moult vostre ja[r]din, car sus les autres il est plaisant a nostre signeur, et bien plaisant quant ceulx qui l’ont et en usete. Il son[t] filz de Dieu.

La vigne de humillité.

Or la gré de Dieu nous arons tantost ung biau jardin, mais il ne fault pas oublier la vigne de humilité. Une vigne est basse et ne monte point en hault comme font les autres arbres. Ainsi fait humilité, elle va toujours par bas. Folio 129r Ossi elle porte tres precieux fruit, car elle porte le roisin dont on fait le vin de sapience, quia ubi humilitas, ibi sapiencia. Ce fruit ycy ayme moult nostre signeur, car il est escrit quod neminem diligit Deus, nisi eum cum quo sapiencia inhabitat. Pluseurs autres arbres a et doit avoir en ce jardin, mais il doit souffire a tant ycy.

L’iaue pour arrouser le jardin.

Nous avons souffisaument planté, ce cuyde je, nostre jardin. Mais il est de necessité de l’a`r´rouser, car il est dit dessus: Rigabo ortum meum et [c]. Autrement par trop le laissier secher, il porroit faillir a porter fruit. Et si ne le fault pas arrouser de toutes eaues, mais seulement de l’eaue de la fontaine de la sainte escriture. Ceste fontaine est fons signatus digito Dei, car elle est inspiree du saint esperit. C’est fons ortorum, puteus aquarum vivencium. C’est l’eaue de laquelle il est escript, Super aquam refeccionis educavit me: animam meam convertit. Deduxit etc. L’arbre qui sera planté sur le ruisseau de Folio 129vceste fontaine ne fauldra point a porter fructum in tempore suo. C’est l’eau de laq[uelle] dist nostre signeur: Qui biberit ex hac aqua non siciet umquam, sed fiet in eo fons aq[ue] salientis in vitam eternam. Aussi j’ente[ns] par la sainte escripture, non pas tant seulement les livres de la bible, mais aussi le[s] traitties des sains docteurs, comme saint Augustin, saint Gregores, et aultres sans nombre qui par l’inspiracion du saint esperit on fait moult de bonnes escrip[tures] et baillié moult de saintes doctrin[es].

Et cecy apert de mon signeur saint Augustin par la vision qui apparu a saint Bernard luy estant a matines. Il s’endormit ung peu ainsi comme on disoit unes lectons de saint Augustin, et sambla a saint Bernard qu’il vit ung jone homme de cujus ore il issoit ung grant fleuve q[ui] remplissoit et arrousoit toute l’eglise. P[ierre] aussi, disciple de saint Gregoires, tesmoing[na] qu’il avoit veu souvent le saint esperit Folio 130r en samblance de ung coloms sur la teste saint Gregoire quant il ditoit ses livres. Ce sont ycy fontes salvatoris desquelz il fault haurire in gaudio. Ce sont ycy bonnes fontaines, non pas cisternes veteres non valentes continere aquas -- c’est a savoir les escritures et doctrines des payens esquelles il n’a point de doulceur et tres pau d’edificacion. Et par ce elles ne sont pas utiles a arouser nostre jardin. Et de ceste fontaine et de ceste eaue ycy il vous fault tres souvent arrouser vostre jardin, afin que tres habundaument il puist porter fruit.

La cloture.

Or est nostre jardin planté et arrousé, mais encores fault il ung point. C’est qui le fault clo`r´re, car il est escript ortus conclusus, soror nostra sponsa, ortus conclusus. Et est a noter qu’il met deux fois conclusus. Il y faut murus, scilicet haulte muraille, † ante-murale. Il fault doncques qu’il soit deux fois clos. Folio 130vC’est a savoir par garder et tenir en discipl[ine] ses sens, non pas tant seulement exterie[urs] lesquelles chascun cognoist, mais aussi interie[urs] qui sont imaginacion, memore, volun[té], raison, et entendement ou consentement, afin que les larrons n’entrent au ja[rdin] de nostre ame qu’ilz ne robent e[t] ne emblent le fruit d’icelui. Apprehendi[te] disciplinam, ce dit le prophete, nequando irascatur Dominus et periacis de via justa par qu[oi] vous perderies le fruit de vostre jardin. C’[est] ycy paradisus deliciarum quam plantavit Dominus ab inicio et posuit in ea hominem ut operaret et custodiret illam. Il le fault doncques bien labourer et aveucques ce tres bien garder et clore.

Pulcritudo orti.

Encores y a une chose qui moult recommand[e] nostre jardin. C’est que nostre signeur aprés sa [vie?] et passion fut ensevelis ou jardin, ainsi que monsiour saint Jehan l’evvangelis[te] recite: O vous benoit et bieneureux, se en vostre jardin nostre signeur est ensevelis par Folio 131r tres grant amour et dileccion et continuelle memoire et meditacion de sa vie et conversacion, mort et passion, resurreccion, et ascencion, et les aultres misteres, a laquelle chose il vous fault souvrainement labourer.

Maintenant porres vous inviter nostre signeur a visiter vostre jardin en disant: Veniat dilectus meus in ortum suum ut commedat fructus pomorum suorum. Mais sans inviter il le visitera tres volentiers. Et saches qu’il n’est riens qui luy soit plus agreable, plus plaisant ne plus souef odorant que ung tel jardin. Car luy mesmes dit: delicie mee esse cum filiis hominum. Et ainsi comme ung homme charnel se delitte d’estre en ung jardin materiel, ainsi fait nostre signeur en ung tel jardin esperituel, et encores plus sans comparison.

Aprés que ares ainsi labouré vostre jardin et vostre terre, vous porres edifier vostre maison, car sapiens primo laborat agrum suum et postea edificat Folio 131v domum suam. Ceste maison est la maison de pardurable mansion en paradis: In celo empireo ubi Christus regnat in secula seculorum, et a laquelle Dieu par la grace nous veulle mener. Amen, quia non habemus hic civitatem manentem sed futuram inquirimus.

About this text

Title: Le jardin esperituel pour religieux et religieusez fort devot.
Author: Anon.
Edition: Taylor edition
Series: Taylor Editions: Ex scriptore
Editor: Transcribed by Anne Mouron, Regent’s Park College, Oxford [Note:] Thanks are due to Dr. Jane Bliss and Dr. Amy Ebrey for their assistance with difficult words in Middle French and in Latin.Encoded by Emma Huber.

Identification

Paris, Bibliothèque nationale de France, MS NAF 10032, fols 123r-131v

Contents

This manuscript contains mostly religious pieces in verse in Middle French with some in prose. A few texts contain some Latin (usually titles and Biblical quotations). As this is often the case in compilations of this genre, the layout of the manuscript does not always clearly indicate when one text ends and the next begins.

  • Recto and verso folio left blank but lined
  • S’ensuit la table des traittez contenuz en ce present livret, fol. 1r-v
  • Le Mirouer du pecheur, translaté par Castel croniqueur de Franche, fols 2r-26r
  • Folio left blank, but lined, fol. 26v
  • S’ensuit une petite et amoureuse contemplacion pour l’ame devote sur la passion de nostre seigneur Jhesu Crist, fols 27r-65r
  • Cy ensuit ung autre petit traitié presque samblable a l’autre lequel fut compilé d’une personne devote, fols 65v-81v
  • Moral poem, giving brief advice on a number of various topics, beginning: ‘Amours m’assault, devoir me fait escripre / Foy, loiaulté me font verité dire’, fols 82r-86v
  • Belle meditacion pour penser a la mort, fols 87r-98v
  • Ci commence le manuel saint Augustin, fols 99r-122v
  • Cy commence le jardin esperituel pour religieux et religieusez fort devot, fols 123r-131v
  • Cy s’ensuit le miroir des dames et des demoiselles, et l’exemple de tout le sexe femenin, fols 131v-134v
  • Balade pour avoir paix a Dieu, et au monde, pour contempner toutes richesses, et pour amender sa vie, fols 135r-136r
  • Balade contre ceulx et principalement gens de court qui ayment ce malereux monde pour laissier la vie eternelle, fols 136r-137r
  • Balade et exhortacion a tous prelas d’esglise pour despriser soy et le monde, et mener saincte vie, fols 137r-138r
  • Balade proffitable et utile contenant les principales joies de paradis et les peines d’enfer, fols 138r-139v
  • Balade pour aprendre a bien morir et renoncher du tout au monde, fols 139v-140r
  • Balade pour acquerir le tresor des cieulx, et despriser toutes richesses terriennes, fols 140r-141r
  • Devot dittié de la noble vertu de pacience, fols 141r-141v
  • Quatrain: ‘Bien doys souffrir ce qu’on te dit / Quant Dieu souffri ce qu’on luy fist / Pense souvent qu’a Dieu diroyes / s’incontinent morir devoyes’, fols 141v-142r
  • Other poem, beginning: ‘Se vivre veulx en bonne pais / Plus que oncques mais te faulx souffrir’, fol. 142r-v
  • Quatrain: ‘Je tien celuy a tres bon juge / Qui cler entend, trop tost ne juge / Ne croyt chose que on luy die / Sans oyr chascune partye’, fol. 142v
  • Balade morale contre les murmure[urs], detracteurs, menteurs ..., fols 142v-144v
  • Diverse poems, 144v-146v
  • Tres biau dittié de la fin de l’omme, fols 147r-149v
  • Folios left blank, but lined, fols 150r-156v
  • Exhortacio humani generis ad bene vivendum et mundum despiciendum. Incipit speculum bone vite, poem in French, fols 157r-161v
  • De la noble conqueste de paradis en vaillamment bataillier contre les vices. Regnum celorum vim patitur, poem in French, fols 161v-166r
  • Super illud: Certamen forte dedit illi ut vinceret. Sapientia. lio, poem in French, fols 166v-168r
  • S‘ensuit la revelacion de la gloire de paradis ditte par sainct Pol l’apostre au bourriau qui le decola, fols 168r-171r
  • S’ensuit la revelacion de Theophile de ce qu’il trouva en enfer quant il fut resuscité, fols 171r-175r
  • Les paines d’enfer, prose text beginning: ‘Nostre seigneur et redempteur Jesus bien peu avant sa benoite passion estant en Bethanie entra en la maison…’, fols 175r-176v
  • Tres utile exortacion. / Nature en tant qu’elle peut fuit / la mort et dissolucion …, fols 177r-178r
  • S’ensuit ung biau dittier a ce propos, et pour desprisier le monde, fols 178r-180r
  • S’ensievent les .vij. psaulmes en franch[ois], fols 180v-191v
  • Prayer, beginning : ‘Mon Dieu, mon createur / Je te requier et te prie / Oste moy tout peché / Qui mon ame maistrie, fol. 192r-v
  • Other prayer, beginning: ‘O vrai Dieu, aux povres pecheurs / Soiez propices et piteux’, fol. 192v
  • Ci commance le debat de l'omme mondain et de son compaignon qui se veult rendre religieux, fols 193r-206v
  • S’ensuit l'enseignement et instru[ction] de sainct Pierre l'appostre a Simon le corier, son hoste de Joppe, fols 206v-209v
  • La dance macabre. It begins here with a short Latin text referring to a picture which is not included in the present manuscript: ‘Angelus loquitur: Hec pictura decus pompam luxumque relegat / Inque choris nostris ducere festa monet …’. The text in French begins: ‘O creature raisonnable / Qui desires vie eternelle’, fols 209v-224r
  • S’ensuit la dance des femmes, conposee a Paris par [Martial d’Auvergne], fols 224r-238v
  • S’ensuit la bataille des vices et vertus, fols 238v-241r
  • Devote instruction comment on doit porter la croix de Jhesu Crist en religion d’observance, et ossi tous bons crestiens, fols 241r-243v
  • Cy commence le miroir du mond[e] / Qui partout luyst, et partout mund[e], fols 243v-245r
  • Folios left blank, but lined, fols 245v-250v
  • Le debat de l'omme et de la femme, fols 251r-257v
  • Rondiau de nostre dame a ce propos, fols 257v-258r
  • Folio left blank, but lined, fol. 258v
  • S’ensuit ung traictié par forme de quolibetz pour respondre a tous propos composé par ung poete en son vivant de grant renon [Guillaume Alecis]. The last line is from a different hand, fols 259r-279r
  • Folios left blank, but lined, fols 279r-280v

Physical description

Materials: paper.

History

Origin

2nd half of the 15th century

Error reporting

If you notice an error in the transcription, or an alternative reading, please email the ex scriptore team.

Further information

The Bibliothèque nationale de France has digitised the whole manuscript which is available for consultation at: https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc4637b. The digitised images are available at: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10084496f . Another description of the manuscript is available on Jonas, Section Romane : https://jonas.irht.cnrs.fr/consulter/manuscrit/detail_manuscrit.php?projet=48137. See also: Arlima: https://www.arlima.net/mss/france/paris/bibliotheque_nationale_de_france/nouvelles_acquisitions_francaises/10032.html .

About this edition

This is a facsimile and transcription of Le jardin esperituel pour religieux et religieusez fort devot. It is held by the Bibliothèque nationale de France (shelfmark: MS NAF 10032, fols 123r-131v).

The transcription was encoded in TEI P5 XML by Emma Huber, University of Oxford.

Availability

Publication: Taylor Institution Library, one of the Bodleian Libraries of the University of Oxford, 2023. XML files are available for download under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License .

Source edition

Le jardin esperituel pour religieux et religieusez fort devot. 15th century.

Editorial principles

Created by encoding transcription from manuscript.

The facsimile is in black and white, but other colour ink(s) have been used in this text. Since it is not possible to surmise from the facsimile if more than one colour ink has been applied, rubrication has been chosen throughout when a phrase appears to have been written in a different colour ink.

The manuscript has two paginations, one in Roman numerals and one in Arabic numbers, the latter is used below.

The scribe has some idiosyncratic spellings.