[Page 389] (389)[Page 277]277

    Chap. cinquante-neuvieme. Dialogue entre un bracmane et un jesuite, sur la necessite' et l'enchainement des choses. Un bracmane, et un jésuite, sur la néces-sité et l'enchainement des choses.Dialogue entre un brahmane et un jésuite sur la nécessité et l'enchaînement des choses.

    Le jesuite. Le jésuite. Le jésuite

    C'est apparemment par les priéresprièresprières de St. François XavierSaint François XavierSaint François Xavier1 St Francis Xavier (7 April 1506 - 3 December 1552) was a Roman Catholic missionary from Javier, Spain. One of the co-founders of the Society of Jesus (Jesuits), he is mostly remembered today for his mission to India and other parts of Asia. que vous êtes parvenu à une ſi ſi si heureuſeheureuſeheureuse &&et ſiſisi longue vieilleſſevieil-leſſevieillesse? Cent-qua-tre-vingtCent quatre-vingtsCent quatre-vingts ans! celacelaCela eſteſtest digne du temstemstemps des Pa-triarchespa-triarchesPatriarches.2 The reference is to Genesis, 5, where an account is provided of the life of Adam and his descendants (the 'Patriarches'), who are all said to have died very old. Adam, in particular, is reported to have died at the venerable age of 930; he is surpassed only by Methuselah, who 'lived a total of 969 years'.

    [Page 278] 278 UN BRACMANE
    Le jesuite. Le jésuite. Le jésuite

    Vous avez une étrange opinion des futurs contingenscontingenscontingents.3 As stated in the Stanford Encyclopedia of Philosophy, future contingents are 'contingent statements about the future', i.e. statements about the future that are neither impossible nor inevitable (e.g. 'tomorrow I shall bake a cake'). See also the article 'Futur contingent' in the Encyclopédie where Jean Le Rond d'Alembert writes that 'On appelle en philosophie futur contingent ce qui doit arriver, mais qui n'arrivera pas nécessairement. Par exemple, cette proposition, "j'irai demain à la campagne", est une proposition de futur contingent, non seulement parce que je pourrais d'ici à demain changer de résolution, mais encore parce que j'aurais pu ne pas prendre cette résolution, & qu'il n'implique point contradiction que j'aille ou que je n'aille pas à la campagne un tel jour'. Vous ne ſavezſavezsavez donc pas que l'hom-mehommehomme eſteſtest libre, que notre volonté diſpoſediſpoſedispose à nôtrenotrenotre gré de tout ce qui ſeſese paſſepaſſepasse ſurſursur la TerreterreTerre..?4 Unlike the Jansenists, who believed in predestination, the Jesuits are famously strong advocates of free will. Je vous aſſureaſſureassure que les ſeulsſeulsseuls Jéſuitesjéſuitesjésuites y ont fait pour leur part des changemenschangemenschangements considérablesconsidé-rablesconsidérables.

    Le bracmane. Le bracmane. Le brahmane

    Je ne doute pas de la ſcienceſciencescience &&et du pouvoir des Reverendsrévérendsrévérends pérespèrespères Jéſuitesjésuitesjésuites; ils ſontſontsont une par-tiepartiepartie fort eſtimableeſtimableestimable de ce Mondemondemonde; mais je ne les en crois pas les Souverainsſouverainssouverains. Chaque homme, chaque etreêtreêtre, tant Jéſuitejésuitejésuite que Bracmanebracmanebrahmane, eſteſtest un reſſortreſſortressort de l'Universuniversunivers; il obéit à la deſtinéedeſtinéedestinée, &&et ne lui commande pas. A quoi tenait-il que Gingis-kanGengis-KanGengis-kan conquit conquîtconquît l'AſieAſieAsie?5 Genghis Khan (c.1162 - 18 August 1227) was the first Great Khan of the Mongol Empire. He famously conquered an extremely vast empire, stretching from China to as far West as Poland and Hungary. àAA l'heure à laquelle ſonſonson pé-repèrepère s'éveilla un jour en couchant avec ſaſasa fem-mefemmefemme, à un mot qu'un Tartare avait prononcé quelques années auparavant.6 Voltaire mentions this prophecy also in the Essai sur les mœurs, § 60: 'Un prophète prédit à Gengis-Kan qu'il serait le maître de l'univers; les vassaux du grand kan s'encouragèrent à remplir la prédiction'. As noted by Gianluigi Goggi, Voltaire's source for this anecdote is François Pétis de la Croix's Histoire du grand Genghizcan premier empereur des anciens mogols et tartares, Paris: Jombert, 1710, p.110-112. Je ſuisſuissuis, par exem-pleexempleexemple, tel que vous me voyez, une des cauſescauſescauses prin-cipalesprincipalesprincipales de la mort déplorabledé-plorabledéplorable de votre bon Roiroiroi Henri IV.Henri IVHenri IV,, &&et vous m'en voyez encorencoreencore affligé.7 Henri IV was crowned king of France in 1594 after abjuring Calvinism and converting to Roman Catholicism. He is mostly remembered today as the promulgator of the Edict of Nantes, which guaranteed freedom of religion to Protestants and put an end to the Wars of Religion. He was assassinated on 14 May 1610 by a fanatical Catholic, François Ravaillac. Voltaire's Henriade is a celebration of Henri IV's life and deeds.

    LE [Page 391] 391 ET UN JESUITE

    Le bracmane. Le bracmane. Le brahmane

    Hélas! ouiouiOui. C'était l'an neuf cent quatre-vingt troisvingt-troisvingt-trois mille de la révolution de SaturneSaturneSaturne, qui re-vientrevientrevient à l'an [mille] cinq cent cinquantecin-cinquante [Page 279] 279 ET UN JÉSUITE. quante de votre Ereèreère.8 Since the brahmin is supposed to be 180 at the time when the conversation took place, and since king Henry IV was assassinated in 1610, the date 550 is certainly erroneous and should be amended to 1550. J'é-taisJ'étaisJ'étais jeune &&et étourdi. Je m'aviſaim'aviſaim'avisai de commencercom-mencercommencer une petite promenade du pied gauche, au lieu du pied droit, ſurſursur la côte de Malabar, & & et delàde-làde là ſui-vitſuivitsuivit évidemment la mort de Henri IVHenri IVHenri IV.9 As reported by William Barber and Robert Walters in the Œuvres Complètes de Voltaire (vol.32A, p.113), 'Voltaire had already used "avancer le pied gauche ou le pied droit" as an example of apparently motiveless choice in a substantial addition, in a variant of 1748, to his discussion of the problem of free will in part I, ch. 4 of the Eléments de la philosophie de Newton'

    Le jesuite. Le jésuite. Le jésuite

    Comment cela, je vous ſuplieſuppliesupplie? Car nous, qu'on accuſaitaccuſaitaccusait de nous être tournés de tous les côtés dans cette affaire, nous n'y avons au-cuneaucuneaucune part.

    Le bracmane. Le bracmane. Le brahmane

    Voici comme la deſtinéedeſtinéedestinée arrangea la choſechoſechose. En avançant le pied gauche, comme j'ai l'hon-neurl'honneurl'honneur de vous dire, je fis tomber malheureuſe-mentmalheureuſementmalheureusement dans l'eau mon ami EribanEribanEriban, Marchandmarchandmarchand PerſanPer-ſanpersan, qui ſeſese noya. Il avait une fort jolie fem-mefemmefemme qui convola avec un Marchandmarchandmarchand ArmenienArménienarménien; elle eut une fille, qui épouſaépouſaépousa un Grec; la fille de ce Grec s'établit en France, &&et épouſaépouſaépousa le pé-repèrepère de RavaillacRavaillacRavaillac.10 As previously mentioned, François Ravaillac assassinated King Henry IV of France on 14 May 1610. He was executed shortly thereafter on 27 May 1610. Si tout cela n'était pas arrivé, Bb 4 vous [Page 392] 392 DIALOG. ENTRE UN BRACMANE vous ſentezſentezsentez que les affaires des Maiſonsmaiſonsmaisons de Fran-ceFranceFrance &&et d'AutricheAutricheAutriche auraient tourné différemment. Le ſiſtémeſyſtêmesystème de l'Europe aurait changé. Les guer-resguerresguerres entre l'Allemagne &&et la Turquie auraient eu d'autres ſuitesſuitessuites; ces ſuitesſuitessuites auraient influé ſurſursur la PerſePerſePerse, la PerſePerſePerse ſurſursur les IndesIn-desIndes. Vous voyez que tout tenait à mon piépiedpied gauche, lequel était lié à tous les autres événemensévénemensévénements de l'Universl'universl'univers, paſſéspaſſéspassés, préſenspréſensprésents, &&et futurs.11 See Voltaire's article 'Chaîne, ou génération des événements' in the Questions sur l'Enyclopédie: 'Milord Bolingbroke avoue que les petites querelles de Mme Marlborough, et de Mme Masham, lui firent naître l'occasion de faire le traité particulier de la reine Anne avec Louis XIV: ce traité amena la paix d'Utrecht; cette paix d'Utrecht affermit Philippe V sur le trône d'Espagne. Philippe V prit Naples et la Sicile sur la maison d'Autriche; le prince espagnol qui est aujourd'hui roi de Naples, doit évidemment son royaume à milady Masham: et il ne l'aurait pas eu, il ne serait peut-être même pas né, si la duchesse de Marlborough avait été plus complaisante envers la reine d'Angleterre. Son existence à Naples dépendait d'une sottise de plus ou de moins à la cour de Londres.'

    Le bracmane. Le bracmane. Le brahmane

    En attendant je vous dirai encore,, que la ſervanteſervanteservante du grand-pérepèrepère du fondateur des Feuil-lantsfeuillansFeuillants,, (car j'ai lu vos hiſtoireshiſtoireshistoires) était auſſiauſſiaussi une des cauſescauſescauses néceſſairesnéceſſairesnécessaires de la mort de Hen-ri IV.Henri IV,Henri IV &&et de tous les accidentsac-cidensaccidents que cette mort entrainaentraînaentraîna.12 The Congregation of the Feuillants, a Catholic ascetic order that originated within the Order of Cistercians, was founded in the sixteenth century by Jean de la Barrière (1544 - 1600) and was suppressed in 1791.

    [Page 280] 280 UN BRACMANE

    Le bracmane. Le bracmane. Le brahmane

    Point du tout. C'était une idiote,, à qui ſonſonson maître fit un enfant. Madame de la Barriérede la Barrièrede la Barrière en mou- [Page 393] 393 ET UN JESUITE mourut de chagrin. Celle qui lui ſuccéda,ſuc-céda,succéda fut, comme diſentdiſentdisent vos Croniqueschroniqueschroniques, la grand'méregrand'mèregrand-mère du bienheureuxbien-heureuxbienheureux Jean de la BarriéreJean de la BarrièreJean de la Barrière, qui fonda l'Or-dreordreordre des FeuillantsfeuillansFeuillants. RavaillacRa-vaillacRavaillac fut Moinemoinemoine dans cet Ordreordreordre.13 Although François Ravaillac did apply for admission to the Congregation of the Feuillants, he never actually became a member of this order. Il puiſapuiſapuisa chez eux certaine doctrine fort à la mode alors, comme vous ſavezſavezsavez. Cet-teCetteCette doctrine lui perſuadaper-ſuadapersuada que c'était une bonne œuvre d'aſſaſſineraſſaſſinerassassiner le meilleur Roiroiroi du monde. Le reſtereſtereste eſteſtest connu.

    Le jesuite. Le jésuite. Le jésuite

    Malgré votre pied gauche,, &&et la ſervanteſervanteservante du grand-pérepèrepère du fondateur des FeuillantsfeullansFeuillants, je croi-raicroiraicroirai toujours que l'action horrible de RavaillacRavaillacRavaillac était un futur contingent,, qui pouvait fort bien ne pas arriver; car enfin la volonté de l'homme eſteſtest libre.

    Le bracmane. Le bracmane. Le brahmane

    Je ne ſaiſaissais pas ce que vous entendez par une volonté libre. Je n'attache point d'idée à ces paroles. Etre libre, c'eſteſtest faire ce qu'on veut, &&et non pas vouloir ce qu'on veut. Tout ce que je ſaiſaissais, c'eſteſtest que RavaillacRavaillacRavaillac commit volontairement le crime qu'il était deſtinédeſtinédestiné à faire par des loixloixlois immuables. Ce crime était un chainonchaînonchaînon de la gran-degrandegrande chainechaînechaîne des deſtinéesdeſtinéesdestinées.14 See Voltaire's article 'Chaîne des événements' in the Dictionnaire philosophique

    Le jesuite. Le jésuite. Le jésuite

    Vous avez beau dire; les choſeschoſeschoses de ce monde ne [Page 394] 394 DIALOG. ENTRE UN BRACMANE ne ſontſontsont point ſiſisi liées enſembleenſembleensemble que vous penſezpenſezpensez. Que fait, par exemple, au reſtereſtereste de la machine la converſationconverſationconversation inutile que nous avons enſembleenſembleensemble ſurſursur le rivage des Indes?

    Le bracmane. Le bracmane. Le brahmane

    Ce que nous diſonsdiſonsdisons, vous &&et moi eſteſt, est peu de choſechoſechose, ſansſanssans doute; [Page 281] 281 ET UN JÉSUITE. doute; mais ſiſisi vous n'étiez pas ici, toute la machine du monde ſeraitſeraitserait autre chose qu'el-leelleelle n'eſteſtest.

    Le bracmane. Le bracmane. Le brahmane

    Votre PaternitépaternitéPaternité IgnacienneIgnacienneIgnacienne15 This epithet refers to St Ignatius of Loyola, who, along with St Francis Xavier, was one of the founding members of the Society of Jesus. en croira ce qu'el-leelleelle voudra. Mais certainement nous n'aurions pas cette converſationconverſationconversation, ſiſisi vous n'étiezé-tiezétiez venu aux Indes. Vous n'auriez pas fait ce voyage, ſiſisi votre St. Ignace de LoyolaSaint Ignace de Loyolasaint Ignace de Loyola n'avait pas été bleſ-ſébleſſéblessé au ſiégeſiègesiège de PampelunePam-pelunePampelune,16 St Ignatius of Loyola, one of the founding members of the Society of Jesus, was severely injured by a cannonball at the Battle of Pamplona. It is said that it was precisely following this event that he decided to abandon his military career and to embrace devotional life. Voltaire refers to this episode also in the Essai sur les mœurs, § 139: '[Ignace de Loyola] servait dans les troupes d'Espagne, tandis que les Français, qui voulaient en vain retirer la Navarre des mains de ses usurpateurs, assiégeaient le château de Pampelune en 1521. Ignace qui alors avait près de trente ans, était renfermé dans le château. Il y fut blessé. La Légende dorée, qu'on lui donna à lire pendant sa convalescence, et une vision qu'il crut avoir, le déterminèrent à faire le pèlerinage de Jérusalem. Il se dévoua à la mortification'.&&et ſiſisi un Roiroiroi de Por-tugalPortugalPortugal ne s'était obſtinéobſtinéobstiné à faire doubler le CapcapCap de Bonne-EſpéranceEſpéranceEspérance.17 In 1488, the Portuguese explorer Bartolomeu Dias (1450 - 1500) became the first European to sail around the Cape of Good Hope. His expedition was funded by King John II of Portugal (1455 - 1495). Ce Roiroiroi de Portugal n'a-t-il pas, avec le ſecoursſecourssecours de la bouſſolebouſſoleboussole, chan-changéchangé la face du monde? Mais il falaitfal-laitfallait qu'un Na-politainNapolitainNapolitain eût inventé la bouſſolebouſſoleboussole;;.18 Voltaire discusses the importance of the invention of the compass also in the Essai sur les mœurs, § 141: 'On sait que la direction de l'aimant vers le nord, si longtemps inconnue aux peuples les plus savants, fut trouvée dans le temps de l'ignorance, vers la fin du treizième siècle. Flavio Goia, citoyen d'Amalfi au royaume de Naples, inventa bientôt après la boussole; il marqua l'aiguille aimantée d'une fleur de lis, parce que cet ornement entrait dans les armoiries des rois de Naples, qui étaient de la maison de France.' &&Et puis dites que tout n'eſteſtest pas éternellement aſſerviaſſerviasservi à un ordre conſtantconſtantconstant, qui unit par des liens inviſi-inviſiblesinvisibles bles [Page 395] 395 ET UN JESUITE bles & & et indiſſolublesindiſſolublesindissolubles tout ce qui naitnaîtnaît, tout ce qui agit, tout ce qui ſoufreſouffresouffre, tout ce qui meurt ſurſursur notre globe?.?

    Le jesuite. Le jésuite. Le jésuite

    A vous entendre il ne faudrait donc point prier DieuDieuDieu?

    Le bracmane. Le bracmane. Le brahmane

    Il faut l'adorer. Mais qu'entendez-vous par le prier?

    Phil. Littér. Hiſt. Tome I. N4 [Page 282] 282 UN BRACMANE ET UN JÉSUITE.
    Le jesuite. Le jésuite. Le jésuite

    Ma volonté libre me preſſepreſſepresse d'aller donner le-çonleçonleçon à un jeune écolier.

    About this text

    Title: Dialogue entre un brahmane et un jésuite sur la nécessité et l'enchaînement des choses
    Author: Voltaire, 1694-1778
    Edition: Taylor edition
    Series: Taylor Editions: Treasures
    Editor: Edited by Ruggero Sciuto. Translated by Kelsey Rubin-Detlev.

    About this edition

    This is a born digital critical edition of Voltaire's Dialogue entre un brahmane et un jésuite sur la nécessité et l'enchaînement des choses, in Collection complète des Œuvres de Mr. de Voltaire [Geneva: Cramer, 1756], 17 vol., vol. 4 (Mélanges de littérature, d'histoire et de philosophie), pp. 389-396. It is held by the Voltaire Foundation, University of Oxford.

    The transcription was encoded in TEI P5 XML by Ruggero Sciuto.

    Introduction and editorial footnotes by Ruggero Sciuto

    Translated by Kelsey Rubin-Detlev

    Transcribed from Collection complète des Œuvres de Mr. de Voltaire [Geneva: Cramer, 1756], 17 vol., vol. 4 (Mélanges de littérature, d'histoire et de philosophie), pp. 389-396. Variants were collated from: Taylorian V.1.1768(14). Images scanned from Collection complète des Œuvres de Mr. de Voltaire [Geneva: Cramer, 1756], 17 vol., vol. 4 (Mélanges de littérature, d'histoire et de philosophie), pp. 389-396 (Voltaire Foundation, University of Oxford) and Collection complette des œuvres de M. de Voltaire [Geneva: Cramer; Paris: Panckoucke, 1768-1777], 30 vols, vol.14 (Mélanges philosophiques, littéraires, historiques, etc.), pp. 277-282.

    Introduction

    Strictly linked as it is to the problem of evil as well as to the notions of causation and moral freedom, the idea of determinism (or ‘fatalisme’, in eighteenth-century French parlance) was crucial to Voltaire’s philosophy and surfaces regularly in his works. From well-known contes philosophiques such as Candide or Zadig to understudied texts such as the Lettres de Memmius à Cicéron and the Traité de métaphysique, from the great historiographical works to the letters that he exchanged with Frederick II of Prussia and others, Voltaire constantly engaged with the problem of determinism and human freedom, offering various and often contrasting solutions to it.

    Although short and apparently light in tone, the Dialogue entre un brahmane et un jésuite sur la nécessité et l’enchaînement des choses, presented here in a digital edition, is a key text in the evolution of Voltaire’s philosophical views. The two interlocutors – a Brahmin and a Jesuit – discuss precisely the question of whether human actions are free or not, with preference being clearly given to the latter position, which is expounded by the Brahmin and which solidly rests on the notion of the causal chain (or ‘chaîne des événements’). To be sure, anticipating what is today termed ‘the butterfly effect’, the Brahmin emphasises the extraordinary consequences that apparently minor causes can trigger. This is quite a common trope in eighteenth-century French texts, which has at its root Pascal’s famous statement in the Pensées that, had Cleopatra’s nose been slightly shorter than it was, the whole world would have been completely different.

    The Dialogue entre un brahmane et un jésuite, of which, regrettably, no manuscript survives, was probably written in 1751 and was first published anonymously in the periodical Abeille du Parnasse of 5 February 1752. It then underwent several reprints during Voltaire’s lifetime, which, however, display only a limited number of variants. Our digital edition of this text, which is not meant to be definitive but is rather conceived as a prototype for future digital projects, is based on a 1756 edition, with variants collated from only one other witness of 1768. For a full scholarly edition, we refer the reader to the Œuvres Complètes de Voltaire, Oxford: Voltaire Foundation, 1968-, vol.32A, p.97-117.

    Availability

    Publication: Taylor Institution Library, one of the Bodleian Libraries of the University of Oxford, 2018. XML files are available for download under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License . Images are available for download under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License .

    ORA download

    Source edition

    • Dialogue entre un brahmane et un jésuite sur la nécessité et l'enchaînement des choses, by Voltaire, 1694-1778. Collection complète des Œuvres de Mr. de Voltaire: Mélanges de littérature, d'histoire et de philosophie. Geneva: Cramer, 1756, vol.4, pp.389-396. [V1756]
    • Collection complette des œuvres de M. de Voltaire. [Geneva: Cramer; Paris: Panckoucke, 1768-1777], 30 vols, vol.14 (Mélanges philosophiques, littéraires, historiques, etc.), pp. 277-282. [W68]

    Editorial principles

    Created by encoding transcription from printed text.

    Treatment of the base text:

    I. Spelling

    • c was used instead of h in: bracmane
    • d was not used in: comprens; pié
    • e was not used in: encor
    • f was used instead of ff in: soufre
    • h was not used in: Croniques
    • i was used instead of e in: Gingis-kan
    • i was used instead of y in: sistéme
    • l was used instead of ll in: falait
    • p was not used in: tems
    • p was used instead of pp in: aporterai; suplie
    • r was used instead of rr in: pouront
    • s was not used in: sai
    • t was not used in: changemens; contingens; événemens; présens
    • x was used instead of s in: loix
    • y was used instead of i in: pluye
    • The apostrophe was not used in: aujourdhui
    • An apostrophe was used in: grand'mére
    • The ampersand was used throughout
    • Long ss were used throughout
    • Saint was spelt St.
    • Bonsoir was spelt Bon soir
    • de là was spelt delà
    • The following words were italicised: Bramine; de la Barriére; Eriban; Fonfouka; François Xavier; Gingis-kan; Henri IV; Ignacienne; Jean de la Barriére; Ravaillac; Saturne; St. François Xavier

    II. Accents

    • The acute accent was not used in: Armenien; Reverends
    • The acute accent was used instead of the grave accent in: Barriére; grand'mére; grand-pére; pére; Péres; pié; priéres; siége; sistéme
    • The circumflex accent was not used in: chaine; chainon; conquit; enchainement; entraina; etre; maitresse; nait; refraichisse
    • The circumflex accent was used in: lû; nôtre (sometimes); pû

    III. Capitalisation

    • Initial capitals were not attributed to: révérence (in 'Votre révérence')
    • Initial capitals were attributed to: Armenien; Bracmane; Bramine; Croniques; Ere; Est; Jésuite; Jésuites; Maisons; Marchand; Mers; Moine; Monde; Occident; Patriarches; Péres; Persan; Reverends; Roi; Soleil; Souverains; Terre; Théologiens; Univers
    • Dieu was spelt with capital letters

    IV. Punctutation

    • A fullstop was used after cardinal numbers (e.g. Henri IV.)
    • A dash was used in: Cent-quatre-vingt
    • The dash was not used in: servante là
    • The original punctuation has been mostly retained and has been altered only on certain occasions to render the text more readable