1r

Cy commence le prologue sur la composicion et ordonnance du chappellet d’amour divine.

La saincte escripture souvent a comparé les vertus de l’ame aux fleurs des arbres pour la grant beauté qui est en la fleur laquelle moult fort embelit l’arbre, par laquelle fleur le fruit vient. Et tout ainsi que nous voyons que l’arbre qui point ne fleurit ne porte point de fruit et pourtant on l’arrache et met on ou feu, tout ainsi sera nostre ame laquelle se elle n’est chargee de fleurs de vertus et de fruis de bonnes euvres, 1v elle sera boutee en enfer.

Du jardin où seront prinses les fleurs du chappellet

Veni in ortum meum, soror mea. Canticorum quinto. Vien en mon jardin, ma doulce seur, ma chere espouse. Ceste doulce voix, ceste chançonnete amoureuse, recite Salomon en la personne de Jhesu Crist ou livre des Cantiques en appellant doulcement l’ame devote sa seur et son espouse, sa seur par humanité qu’il a prinse, son espouse par affinité de grace.

Or sus donques, ame devote, esveille toy et te prepare d’aler a ton amy qui si amoureusement 2r t’appelle, mais garde toy que en sa presence les mains wides tu ne te treuves, car ainsi le commande il a Moyse ou livre d’Exode: Non apparebis in conspectu meo vacuus. Et se tu veulx savoir quelle chose tu lui pourroies presenter, escoute quelle chose il dit ou premier chapitre du dit livre des Cantiques: Filie Jherusalem, fulsite me floribus, stipate me malis quia amore langueo. Filles de Jherusalem, c’est a dire de paix, garnissez moy de fleurettes, avironnez moy de pommettes, car je languis d’amourettes. O gracieuse requeste. Helas trop seroit 2v le cuer felon et despiteux qui tel don ne presenteroit a ce loial amoureux qui pour amer est langoureux.

Mais tu pourroies demander où tu prendras ces fleuretes? Je te dy que ou jardin où ton amy t’appelle et où il fait sa demeure. Ce jardin est religion ordonnee duquel est gardien le Dieu d’amours qui se delite et esbanoye a regarder le bon vouloir et le desir des bons religieux et devos et aussi des religieuses. En ce jardin trouveras tu innumerables fleuretes de glorieuses vertus, mais a present seuffre toy d’en cueillir de cinq 3r manieres pour faire ung chapelet a presenter a ton espoux, c’est assavoir la fleur de lis, la violete de mars, la rose, la soucye, et le joly muguet.

De la fleur de lys.

Ou chapelet d’amours doit estre premierement mise la fleur de lis qui signifie virginité pour quatre choses qui sont ou lis, c’est assavoir la blancheur, la jauneur, l’oudeur, et la grandeur. Le lis est blanc dedens et dehors, aussi doit estre virginité pure et nette de cuer et de corps. Car comme dit saint Augustin, virginité ne vault riens quant la voulenté 3v ou pensee est corrompue, ne riens ne proufite de garder sa char en virginité qui a voulenté de soy marier.

La jauneur signifie mortificacion de la char par destroitte penitence qui ne pert pou ou point par dehors ainsi que la jaune couleur est par dedens, car autrement ne se peut garder la blancheur de virginité ne longuement durer se la jauneur de penitence n’y est qui occist et met a mort l’ennemy de chastité. Et comme dit saint Augustin, quant l’ennemi d’aucun est mort, il ne lui peut plus nuire; aussi quant la char est bien mortifiee, elle 4r ne peut troubler l’ame. Et adonc est l’ame troublee quant de sa char est molestee. L’oudeur du liz signifie la bonne opinion et renommee de ceulx qui gardent virginité et chasteté, car de toutes gens ilz sont aymez et louez. La haulteur du liz signifie que les vierges et chastes doivent tousjours avoir le cuer en hault, comme nous admonneste tous les jours le prestre en la preface quant il dit: sursum corda, le cuer en hault, par vraie amour et grant desir de parvenir en la compaignie de Dieu et des anges.

En ce que ceste fleur de lyz 4vest plus haulte que les autres si a nature sagement ouvré. Car se elle estoit aussi bas que plusieurs autres, elle seroit de liger soullee, maculee, et deschiree pour sa blancheur et tendreté. Ainsi est il de virginité, se elle se met en bas, c’est assavoir es choses terriennes comme es creatures humaines par amour charnel, elle est en peril d’estre tantost honnye et deschiree, car virginité soit en homme ou en femme est comme l’oisel en la cage qui ne cesse de querir trou pour yssir. La cage est le corps, les troux sont les cinq sens. Donques qui veult que ce bel oisel ne s’en fuye 5rgarde soigneusement que par peché il ne oeuvre aucuns de ces troux par lequel le dyable puisse bouter sa main et embler ce bel oisel qui si doulcement chante aux oreilles du Dieu d’amours.

Premierement, fault garder ses yeulx car ce sont les dars qui pevent corrompre virginité: Prima tela adultere est oculus. Ce sont les fenestres par lesquelles la mort entre en l’ame, comme dit Ysaye: Mors intravit per fenestras nostras. Pour ce doit on soigneusement garder qu’on ne regarde en ce monde chose qui puist faire muer le chant de ce bel oisel, c’est a dire son amour changer, 5v Quia non licet inspicere quod non licet concupiscere. On ne doit point regarder ce qui n’est point permis a convoiter.

Aprés, fault garder les oreilles et faire, comme dit Ysaye le prophete, une haie d’espines que riens ne puisse entrer qui puisse nuire, car a ce que on escoute voulentiers le cuer s’encline. Ces espines sont les escondissemens et refus de non vouloir oyr paroles deshonnestes ne charnelles. Car comme dit saint Pol: Corrumpunt bonos mores colloquia prava, c’est a dire que mauvaises paroles corompent les bonnes meurs. Et comme dit Ysidore, ainsi comme le corps est corrompu 6rpar souvent recevoir mauvais air, ainsi par souvent oyr paroles deshonnestes est virginité corrompue.

Aprés, fault bien garder la bouche, c’est assavoir la langue et le goust qui est chose moult forte a faire, comme dit saint Jaques: Nemo enim hominum umquam domare linguam potuit. Onques homme ne pot aprivoiser sa langue, c’est a dire du tout refrener. Neanmoins, il en fault faire tout son povoir et par especial de soy garder de paroles ordes ou deshonnestes et de nul prouffit. Car les paroles monstrent quel est le cuer, comme dit nostre seigneur: Ex habundancia 6vcordis os loquitur, c’est a dire que de l’abondance du cuer la bouche parle. Il fault aussi garder le goust de boire ou menger trop habondamment, ou viandes trop delicieuses, car c’est le plus grant ennemi que virginité ait que le goust. Et de ce dit saint Jerosme: Venter mero estuans cito despumat in libidinem. C’est a dire que le ventre qui est rempli et enflammé de vins et de viandes s’enfle et escume mauvaises, libidineuses, et luxurieuses ordures. Et avons que aprés que les enfans d’Israel eurent ung veau aouré comme Dieu et qu’ilz eurent beu et mengé, ilz s’en 7ralerent jouer, c’est a dire (comme dit la glose) qu’ilz alerent faire le peché de fornicacion: Sedit populus manducare, et bibere, et surrexerunt ludere. Et nous voions a l’ueil que depuis que le ventre est plain, il ne demande que dormir ou jouer ou faire choses deshonnestes.

Aprés, fault garder l’oudeur et le flair que on ne quiere ses plaisances en oudeurs et flaireurs. Car comme dit saint Gregoire, de tant plus s’eslongne l’omme de Dieu comme il quiert plus ses plaisances en ce monde: Tanto enim ab amore superno anima disjungitur quanto inferius delectatur.

Le derrenier trou de la cage est 7vl’atouchement, lequel sur toutes choses il convient soigneusement garder en evitant tous atouchemens charnelz sur toy et sur autruy, par especial es lieux honteux, car de telz atouchemens pevent venir moult d’inconveniens. Et comme nous voions que l’oisel privé qui est souvent touché n’a pas les plumes si joinctes ensemble comme le ramage qui ne se seuffre point toucher, tout ainsi est il de virginité. Car la plus ramage est la plus plaisant a Dieu pour ce qu’elle est plus gente et a les plumettes plus belles et jointes, 8rc’est a dire les pensees. Et combien que le liz par atouchement ne soit pas tantost corrompu, neantmoins il en pert de sa beauté et blancheur. Et ainsi est il de virginité, car combien que par atouchement elle ne soit pas corrompue, toutesfoiz elle en est moins plaisante a Dieu et pourroient estre les atouchemens telz que corrupcion s’en ensuivroit. On pourroit dire plusieurs dignitez que a ceste fleur mais a cause de briefté nous les passerons.

O ame devote, se tu veulx avoir et bien garder ceste noble fleur, il t’est mestier de recourir a ton amy en lui priant avec le sage 8vqui disoit: Scio quod non possum esse continens, nisi tu dederis. Sire, je sçay bien que je ne puis avoir la vertu de virginité ou de chasteté ne la garder se tu ne la me donnes de ta grace. Et combien qu’en toutes vertus la grace de Dieu soit neccessaire, toutesfoiz est elle plus requise en ceste vertu de virginité pour ce qu’il y a plus de larrons qui la convoitent embler que les autres pour sa noblesse et dignité -- car c’est la premiere vertu que Dieu donne a homme, ne il ne aporte autre vertu du ventre sa mere sans especiale grace -- et aussi pour ce qu’elle est comme le lis 9rentre les espines, lequel si a grant mestier d’avoir aide ou il seroit de leger deschiré.

De ceste noble fleur dit saint Bernard: O delicieuse fleurette, les incredules qui ne quierent que a toy subvertir habitent avecques toy. Regarde donques comment tu chemineras sagement entre tant d’espines, le monde en est tout plein. En l’air sont les ennemis, en terre sont hommes et femmes charnellement vivans, et mesmes ta char si en est toute pleine, comme Dieu dist a Adam, nostre premier pere: Spinas et tribulos germinabit tibi. Cheminer entre [c]es espines et n’en estre aucunement 9vblecié, c’est plus especial previlege et don de Dieu que ce n’est de vertu humaine. Car comme dit Fulgencius, depuis le cercle de la lune jusques au centre du milieu de la terre, il n’y a point de seureté. Pourtant qui veult estre seur, il fault aler par dessus la lune, c’est assavoir tousjours le cuer a Dieu, comme dit saint Pol: Nostra conversacio est in celis.

O donc, ame devote, se tu veulx bien garder ceste noble fleur inviolee (veu et consideré tant de perilz et fragilité du vaisseau où elle est, certes plus feble 10rque n’est le voirre ou le pot de terre, comme dit saint Pol: Thesaurum istum habemus in vasis fictilibus), tu as mestier de retourner a la dame et royne de ceste fleur -- c’est la vierge Marie qui en monstra le chemin car elle fut la premiere qui la voua -- et lui prier que de sa grace elle te vueille defendre encontre tant d’adversaires a ce que tu puisses garder ce beau tresor pour le presenter a son filz, ton loyal ami, qui si doulcement t’appelle en disant: Veni in ortum meum, soror mea, sponsa mea. Vien 10ven mon jardin, ma doulce seur, ma chere espouse.

A brief parler et a faire conclusion, virginité, comme dit saint Ciprian, c’est l’onneur et le parement de toute saincte eglise. Virginité si est comparee au voirre, lequel s’il est une foiz rompu, jamais ne se peut reparer. Helas, je cuide que pour le present on ne treuve gueres de leaulx dont c’est pitié. Je prie au Dieu d’amours, Jhesus, qu’il vueille enflammer les cuers de tous leaulx amans a ceste fleurette acquerir.

De la violete de mars, seconde fleur du chappellet d’amours

11rAprés au chapelet d’amours, ame devote, il te convient mectre la violete de mars qui signifie humilité pour sa basseur, pour sa couleur, pour sa beauté, pour son oudeur; pour sa basseur, car elle a la fueille et la fleur plus pres de terre que les autres fleurs. Ainsi est il de humilité, car les autres vertus font aucunement eslever la personne, mais humilité les tient pres de terre. Et de tant que la branche qui porte la violete est plus longue, de tant est la fleur plus belle, plus gente, plus espanye, et plus s’encline en terre. Ainsi est il d’un humble 11vcuer, car de tant qu’il a plus de graces naturelles ou spirituelles, comme de noblesse, force, beauté, sens, bonté, et autres vertus, de tant plus s’anyentit en congnoissant qu’il n’est que terre et en gardant ce que dit le sage: Quanto major es humiliate in omnibus. Tant plus es grant et tant plus te dois humilier. Et c’est bien dit, car combien que une pierre precieuse soit bien seant sur tous metaulx, toutesfoiz elle monstre sa beauté plus pleinement sur or que sur autre. Ainsi est il de humilité, car combien que elle siee bien en quelque lieu que on la mecte, toutesfoiz elle resplendit mieulx en la personne 12rvierge ou aornee des autres vertus que en personne autre.

La couleur de ceste petite fleurette est ynde et de petite apparence et de peu de monstre. Neantmoins, elle est de trop grande valeur et de tres longue duree. Ainsi est ung vray humble: jamais ne quiert de soy monstrer ou apparoir au monde mais a Dieu seulement. Ceste fleur est coulouree par dedens et par dehors. Ainsi doit estre la personne humble. Il ne souffit pas avoir l’un tant seulement, mais fault estre humble de cuer par dedens et aussi par dehors, soit en parler, 12ven vestir ou chausser, tellement qu’il n’y ait riens qui puist donner mal exemple.

L’oudeur signifie la bonne renommee des humbles, car ilz sont aymez et louez de toutes gens et mesmement des orguilleux. La basseur signifie mortificacion de la propre voulenté et mauvaises inclinacions. Et est a noter que posé que ceste fleur soit si petite et qu’elle soit conculquee ou que l’en passe souvent par dessus, elle n’en pert pas pourtant sa couleur ne son oudeur. Ainsi est il de la personne humble. Elle est souvent desprisee et despitee des mondains mais ja ne 13rs’en courrouce ne n’en fait pire chere. Bien convenablement est assise ceste fleur de humilité, car peu ou neant sans elle ne pourroit virginité prouffiter. Ce savoit bien la vierge Marie qui tant se humilia quant l’ange lui annonça le mistere de l’incarnacion que chamberiere de Dieu se nomma quant mere de Dieu estoit eslevé, et en son cantique de nulle autre vertu ne se glorifie. Et il y a bien raison car comme dit saint Bernard, onques n’eust esté eslevé mere de Dieu pour sa virginité tant seulement, se elle n’eust eu avec ce parfaicte humilité. Comme dit 13vYsaye: Ad quem respiciam nisi ad pauperculum et humilem? A qui regarderay je sinon au povre et a l’umble d’esperit?

C’estoit donques raison que la grande humilité de ceste vierge feust exaulcee haultement qui tant se humilia que chamberiere se nomma de cellui de qui elle devoit estre mere. Elle ne dit pas en son cantique que Dieu ait regardé sa virginité mais son humilité. De son humilité dit Hugues de Saint Victor ou livre du Cloistre de l’ame: Comme le miel se concorde en toutes confeccions en medicine avec diversitez d’espices, aussi toutes 14rles vertus sont adoulcies et prennent toutes leur saveur de humilité. Nous lisons que quant les apostres demanderent a nostre seigneur lequel d’eulx seroit le plus grant ou royaume des cieulx, il leur respondit que cellui qui ne se humiliera comme ung enfant sans contredire a chose que on lui face, il ne entrera point en paradis.

Pourtant, ame devote, se tu y veulx entrer, pense de toy humilier, car comme dit saint Gregoire: Qui sine humilitate virtutes congregat in ventum pulverem portat. Qui assemble vertus sans humilité, il fait ainsi comme 14vcellui qui porte pouldre contre le vent. Car la pouldre est de leger espandue au vent se elle n’est envelopee de quelque chose. Ainsi sont les vertus: se elles ne sont envelopees en humilité, ilz sont de leger espandues et anichilees.

De la rose vermeille qui est la tierce fleur du chapelet.

Aprés, doit estre en ce beau chappellet la belle rose vermeille qui signifie charité par plusieurs raisons. Premierement, en la rose sont trois ordres de fueilletes, les unes dedens, les autres dont les premieres qui sont par dehors, et les plus grandes signifient l’amour 15rque nous devons avoir a Dieu, lequel nous devons aymer de tout nostre cuer. C’est a dire que nous ne devons mettre nostre cuer qu’en Dieu ou pour Dieu, car autrement nous ne l’aymerions point loyaument. Aussi nous est il commandé de l’aymer de toute nostre ame, c’est a dire que tant que nostre ame sera en nostre corps, ne mesmes pour perdre la vie corporelle, nous ne devons pas laisser a aymer Dieu. Et de cest amour l’aymerent les martirs qui pour quelque peine ou tourment ne se partirent de l’amour de Dieu. Et est ce que dit le sage: Fortis 15v est mors sicut dilectio. Amour est aussi forte que la mort.

Aprés, nous le devons aymer de toute nostre pensee, c’est a dire que nous ne devons penser a autre chose que a lui ou pour lui ou de lui, comme dit saint Augustin: cellui a perdu son temps qui n’a point pensé a Dieu, car le dyable en ce lieu lui a baillé mauvaises et inutiles pensees qui font souvent yssir le saint esperit de la personne.

O ame devote, fay comme la bonne amye et espouse de Jhesu Crist qui dit es Cantiques: Mon amy est comme 16rung fardel de mirre avecques moy et demourra tousjours entre mes mamelles, c’est a dire en mon cuer pour ce que le cuer est entre les mamelles. Mirre est une espece aromatique qui garde le corps de pourreture et est tres amere. Ainsi dois tu faire par bonnes pensees en pensant aux amertumes, peines, et douleurs que souffrit nostre seigneur Jhesu Crist, tant en sa vie que en sa benoiste passion. Qui bien aroit ce fardel de tel mirre tousjours en son cuer, jamais n’aroit garde de cherir en corrupcion 16vde peché. Ainsi dois tu aymer Dieu, ton loyal amy, c’est assavoir loyaument, ferventement, soigneusement, et perseveramment, qui est le premier commandement de la loy et qui est signifié par le premier ordre des roses.

Le second ordre des roses signifie l’amour que nous devons avoir a nostre prouchain et est le second commandement de l’evangile, car nostre seigneur le mist aprés le premier (qui est d’aymer Dieu) et dist en ceste maniere a cellui qui le interrogoit: Tu aymeras ton prouchain comme toy mesmes. C’est a dire tu dois desirer son salut du corps et de 17rl’ame et lui secourir en ses neccessitez tant que bonnement tu pourras lui pardonner de bon cuer quant il t’a meffait et qu’il en demande pardon, et lui faire comme tu vouldroies qu’il te feist. En ces deux commandemens dit nostre seigneur en l’evangile toute la loy et les prophetes estre comprins. Et qui bien les garderoit, il souffiroit.

Or est assavoir que ce second commandement a deux branches, l’une de aymer ses ennemis en Dieu qui ainsi le nous commande en disant: Orate pro inimicis, priez pour voz ennemis. Et cecy nous monstra il de fait quant il pria son pere 17vpour ceulx qui le crucifioient et saint Estienne aussi pour ceulx qui le lapidoient.

La tierce ordre des fueilles qui sont les plus petites et joignent a la jauneur de la rose signifie l’amour que nous devons avoir a nous mesmes, lequel doit estre le plus petit quant a la char, car de ceste amour nous n’en avons point de commandement pour ce que chascun y est assez enclin, comme dit saint Pol: Nemo umquam carnem suam odio habuit. Nul ne hayt onques sa char. L’amour que nous devons a nostre char si doit estre joincte a la jauneur, 18r c’est a la mortificacion, car on nous doit chastier comme l’asne.

A cest asne, c’est assavoir nostre corps, selon le sage nous devons trois choses: la premiere, viande moderee pour le soustenir, verge de discipline pour l’esmouvoir a bien faire, et le fardel de penitence qu’il ne regibe contre l’esperit ou soit trop dissolu. Mais aujourd’ui plusieurs font le contraire qui font du maistre le varlet, c’est a dire qui font du corps le maistre et de l’esperit le varlet, comme dit Jeremie: cursus eorum dissimilis.

18v Sagement et prudentement est la rose assise ou milieu du chappellet, car elle donne vigueur et fait resplendir toutes les autres fleurs qui sont environ lui. Ainsi est il de charité qui fait avoir vigueur et resplendissement a toutes les vertus, et sans elle toutes les autres vertus ne valent pour estre sauve. Ce tesmoigne l’apostre saint Pol qui dit que s’il savoit parler toutes les langues du monde et des anges et qu’il sceust tous les secres de Dieu et qu’il eust le don de prophetie et toutes autres sciences et toutes vertus 19rtellement qu’il baillast son corps a martire, et s’il n’avoit point de charité (c’est a dire amour de Dieu et de son prouchain), il dit que tout ne lui proufiteroit riens.

Pour ce, ame devote, se tu veulx que ton chappellet soit resplendissant, estudie fort d’acquerir ceste fleurete. Car se tu la peuz avoir, tu auras les autres de leger et acompliras toute la loy, comme dit saint Pol: Qui caritatem habet legem implevit. Qui a charité, il a acompli toute la loy. Charité est le vestement nupcial sans lequel nul ne doit presumer 19vd’aler aux nopces de Dieu d’amours, c’est a dire au sacrement de l’autel. Car se aucun est trouvé sans avoir ce vestement de charité, il sera gecté piez et mains liez en la chartre du puis d’enfer tres obscure dont Dieu nous vueille garder.

De la soussie qui est la quatriesme fleur.

Aprés la rose doit estre assise la noble soucye qui signifie pacience pour plusieurs proprietez qui sont en elle. Premierement, elle a la fleur vertueuse tellement que nulles bestes venimeuses ne l’osent approucher, par especial quant la fleur 20rest ou soucyer. Ainsi nulles mauvaises suggestions ou temptacion du dyable d’enfer, serpent venimeux, n’ose approucher ceste personne qui a la vertu de pacience, car il scet bien que de tout elle fait son proufit, et proprement le dyable ne quiert point que la personne prouffite par soy.

La seconde proprieté est qu’elle a le goust savoureux, et pour ce en met on en aucunes viandes pour donner appetit. Ainsi est il de la personne paciente: tout ce que Dieu lui envoye, soit tribulacion corporelle ou espirituelle lui 20vsemble bien doulx et savourex, car il considere tousjours en son exemple -- c’est assavoir en la pacience que nostre seigneur eut en sa vie et en sa passion -- et par ainsi tout lui est doulz et leger a porter. Et ce dit saint Gregoire: si passio Domini ad memoriam revocetur, nichil est quod equo animo non tolleretur.

La tierce proprieté est que son fruit est amoureux, car elle a telle amour au soleil que elle l’ensuit partout où il va, en soy enclinant envers lui, en espanissant la fleur quant il se lieve en signe d’amour et de joye qu’elle a de sa venue. Et pareillement 21rau soir quant le soleil resconse, elle se reclost et retrait ses fueilletes en signe de tristresse pour l’absence de son ami, et pour ce l’appelle on en latin solsequium, c’est a dire fleur suivant le soleil. Ainsi est il de la saincte personne paciente qui quant le vray soleil de justice commence a gecter ses raiz sur elle -- c’est assavoir en lui envoiant consolacions spirituelles ou tribulacions, angoisses ou maladies -- adonc s’espanit, le remerciant de ses graces et benefices qui lui plaist a le venir visiter en sa propre personne, 21vcomme il dit par le prophete David: cum ipso sum in tribulacione. Je suis, dit il, avec la personne triboulee. Pour ce disoit ung saint preudomme a Dieu: ‘Sire, puisque tu es avecques ceulx qui sont en tribulacion, je te prie que tu la m’envoies tousjours afin que tu soies avecques moy’.

Aprés, quant le dit soleil de justice qui est Jhesu Crist retrait ses rays, c’est a dire quant il retrait ses consolacions spirituelles et il lui seuffre venir recreacion corporelle -- comme sont honneurs, richesses, et telles autres choses 22rmondaines -- adoncques la saincte personne s’enfuit dedens soy et se tient sur sa garde et doubte que Dieu ne le vueille laisser quant il lui seuffre venir telles mondanitez. Car elle scet bien que c’est fort de user par mesure de telles consolacions corporelles sans peché, et pourtant elle retire ses fueilletes et monstre signe de tristesse, afin que son amy aperçoive clerement que telles consolacions ne lui plaisent point.

Ceste fleur a la couleur d’or lequel entre les autres metaulx peut plus 22vsouffrir de cops de marteau sans rompre, ainçois plus est batu, et plus est cler; aussi plus est en la fournaise, et plus est precieux, plus resplendissant et mieulx vault. Ainsi est il de la personne paciente, car de tant plus que elle endure le feu de tribulacion, de tant plus est elle clere et precieuse devant Dieu. Et de tant que Dieu frape plus de cops sur elle en la laissant persecuter par les pecheurs, de tant s’eslargit plus en l’amour de Dieu et de ceulx qui lui font persecucion. Car elle scet 23rbien que Dieu leur permet et tout pour son prouffit, comme dit David: supra dorsum meum fabricaverunt peccatores. Les pecheurs ont forgé sur mon dos, c’est a dire ilz m’ont baillé a souffrir, et par ce ilz m’ont forgé la couronne de pacience.

Ceste fleur est bien ordonneement assise aprés la rose, et pacience aprés charité, car comme dit saint Pol, tous ceulx qui veulent vivre selon Dieu souffrent plusieurs persecucions, et pour ce est moult neccessaire ceste vertu a la personne qui se met a servir Dieu. La personne qui a ceste vertu 23vest de grant perfection, comme dit saint Jaques. Cellui est vray pacient, comme dit saint Gregoire, qui ayme chascun et supporte; ne nul n’est parfaictement bon se entre les mauvais n’est bon.

Pour ce, ame devote, se tu veulx estre bonne et ressembler a ton amy, faiz que ceste fleur soit assise en ton chappellet, car c’est la nef où toutes les manieres des vertus doivent estre portees parmy la grant mer de ce monde, laquelle se par impacience est quassee ou trouee, tout sera perdu, comme dit l’escripture: ve eternalis dampnacionis 24reis qui perdiderunt sufferenciam. La malediction eternelle sera a ceulx qui ont perdu pacience. Et au contraire le royaume des cieulx est promis a ceulx qui la garderont: Beati qui persecucionem paciuntur propter justiciam quoniam ipsorum est regnum celorum. Bieneureux sont ceulx qui seuffrent persecucion pour l’amour de Dieu car le royaume des cieulx est a eulx. Et aussi dit ailleurs nostre seigneur en l’evangile: In paciencia vestra possidebitis animas vestras. C’est a dire que vous possiderez voz ames en pacience, c’est que nul ne les vous ostera. 24v Je prie a Dieu qu’il nous doint ceste noble fleur. Amen.

Du joly muguet, cinquiesme fleur.

Aprés la soucye amoureuse, cueilleras le jolis muguet pour asseoir en ton chapellet qui signifie la vertu de vraie foy. Car ainsi que le muguet est tousjours vert et de plus longue duree que les autres fleurs, ainsi doit estre ta foy (et en tout loyal crestien) vive et verte par bonne operacion, car il ne souffit pas d’avoir foy de bouche mais la convient avoir aussi de cuer et d’operacion. Autrement elle seroit morte, car comme dit saint 25rJaques: fides sine operibus mortua est. C’est aussi la vertu qui fait vivre l’ame, comme dit saint Pol et aussi Abacuth le prophete: Justus ex fide vivit; et sans laquelle il est impossible de plaire a Dieu: Impossibile est sine fide placere Deo, comme dit saint Pol aux Ebrieux.

Foy, comme dit saint Augustin, est illuminacion de pensee a congoistre Dieu, et pour ce convient que en ce joly chappellet soit assise. Et comme le muguet en croissant monte en hault par petis neux, ainsi le cuer rempli de vraie foy s’en va de vertu en vertu, jusques a ce qu’il vient a la haultesse de perfeccion 25vet puis en la gloire de paradis.

Ce joly muguet a en ses neuz d’em bas en chascun six petites fueilletes et en ceulx d’en hault huit. Et par ainsi sont xiiij. qui signifient les xiiij articles de nostre foy selon les aucuns qui ainsi les diviserent: les sept qui appartiennent a la divinité nostre seigneur Jhesu Crist et sept a l’umanité, lesquelz tous bons crestiens doivent fermement croire et tenir (comme nostre mere saincte eglise les tient et croit) et sont contenus ou credo que les apostres firent et composerent. Et pour ce doit tout loyal crestien a tout le 26rmoins une foiz le jour ou deux, au matin et au soir, dire ce credo en congnoissant qu’il est vray crestien et filz de saincte eglise. Et se doit soigneusement garder de mectre son cuer en foles creances comme sont sorceries, divinemens, conjuremens, et autres telles choses, car par ainsi il seroit hors de la foy crestienne et excommenié de droit canon.

Par ceste vertu ont pleu a Dieu tous les sains du viel testament. Ce dit saint Pol: Hii testimonio fidei probati inventi sunt, et aussi ceulx du nouvel. Ne autrement ne peut plaire a Dieu quelque personne que 26vce soit, comme dit est. Pourtant, ame devote, faiz que ce joliz muguet soit mis en ton chappelet.

De la clichete et du filet dont les fleurs sont liees.

Ame devote, aprés que par la grace de ton loyal amy tu auras cueillies ces belles fleuretes, il les te convient arrenger sur une gente clichete. Mais tu pourras demander où tu les prendras. Je te respons que toy mesmes les pourras prendre sur toy et estre la clichete, se tu as en toy les condicions que une gente clichete doit avoir. Premierement, elle doit estre tenue et 27raussi ployant et puis ounye et bien planee. Tu scez bien se tu es povre d’esperit et que tu ensuives ce que dit saint Pol a son disciple Tymotheee: Habentes victum et vestitum, his contenti simus. Se nous avons nostre vie et nostre vesteure, il nous doit bien suffire.

En aprés, tu tois estre bien ploiant par bonne et vraie obedience, en obeissant doulcement sans dilacion ou murmuracion au commandement de Dieu, de saincte eglise, et de tes souverains, et ne faire riens sans bon conseil, afin que aprés tu ne ˋt’enˊ repentes: Omnia fac cum consilio et post 27vfactum non penitebis. Et aussi mieulx vault obedience que sacrifice. Ce dist Samuel le prophete au Roy Saul.

Aprés, tu dois bien estre ounye et bien planee, car autrement on ne pourroit bien arrenger les fleuretes par dessus. C’est a dire que tu dois garder dehors de bailler mauvais exemple par mauvaisement vivre, et dois aussi garder ta conscience qu’il n’y ait nul peché, et aussi ton cuer de mauvaises pensees. Et ainsi pourras tu estre clichete bien planee.

Les deux boutz de ceste cliche sont la nativité de ton corps et sa 28r mort. C’est l’entree et l’issue, lesquelz boutz tu dois fermement lier et joindre ensemble par le filet de ta memoire en remembrant comment ton corps est formé de povre et si orde matiere qu’il n’y a plus orde en ce monde. Et par ce tu pourras eviter le grant peché d’orgueil et humblement sentir de toy.

En aprés, tu dois penser soigneusement a la mort qui est si incertaine et au jugement de Dieu qui approuche chascun jour, et ne savons l’eure ne le jour. Se tu lies les deux bouts du filet de remembrance, jamais tu ne feroies peché, comme dit 28vle sage: Fili memorare novissima tua et in eternum non peccabis.

La longueur de ceste cliche est la vie humaine depuis la nativité jusques a la mort qui est moult ennuieuse et perilleuse comme dit Job, et de laquelle saint Pol desiroit moult estre delivré pour estre avecques son bon maistre Jhesu Crist quant il disoit: Cupio dissolvi et esse cum Christo. Et a bonne cause il le desiroit car il est impossible d’y estre qu’on ne face plusieurs offenses, comme dit l’escripture que sept foiz le jour peche le juste, et est a entendre en petis et venielz pechez.

La rondeur du cercle de la clichete signifie 29rla perfeccion de vie.

Le filet dont les fleurs sont liees si est perseverance. Car comme dit nostre seigneur, cellui seul saulvé sera qui en vertus perseverera. Et comme nous voions que quant le filet du chappellet est rompu ou pourry que les fleurs et les fueilles cheent, ainsi est il quant on perd perseverance.

Certes, ame devote, se tu povoies avoir ce chappellet fait et composé en la maniere dessus dite et que tu la gardes tousjours en sa beauté jusques en la fin, adoncques pourras tu seurement venir a ton espoux qui si doulcement t’appelle sa seur et son espouse 29v en disant: Veni in ortum meum, soror mea, sponsa mea, et lui presenteras en grant joye ce chappellet d’amours composé de tant belles fleuretes qui sont si belles et si nectes. Lors viendra ton loyal ami et recevra son joly present que tu lui presenteras. Puis te prendra en sa main et en sa gloire te menra en laquelle sans finer bieneureuse seras. Et avec toutes les sages vierges chançon nouvelle tu chanteras et l’aignel de Dieu tu ensuivras partout comme dit saint Jehan en l’Apocalipse. Mais entretant que tu seras en ceste mortelle vie, te convient moult soigneusement 30rgarder ce joly chappellet par dame prudence, acompaignee de force, justice, atrempance, et les dois souvent arrouser des lermes de vraie compunction et piteuse compassion, degoutans de la cruche et chantepleure de devote oroison et de bonne esperance.

De telz chappelletz les cinq bonnes et sages vierges dont recite l’evangile userent, lesquelles furent receues joieusement et entrerent es nopces du vray espoux de virginité et Dieu d’amours, nostre seigneur Jhesu Crist. Et les autres cinq, qui furent foles et negligentes de garder 30vce chappellet en sa verdeur, furent laissees dehors la porte et leur fut dit de par l’espoux: nescio vos. Je ne vous congnois point, car tout ce que vous avez fait n’a point esté pour l’amour de moy mais pour la gloire du monde.

Or sus, ame devote, haste toy de parvenir a ceste glorieuse felicité, afin que sans jamais finer tu puisses glorieusement chanter la doulce chançonnete que chante es Cantiques l’espouse du Dieu d’amouretes: Dilectus meus mihi et ego illi. Mon amy est du tout a moy et moy a lui. Leva ejus sub capite meo et 31rdextera illius amplexatur me. Soubz mon chef met sa main senestre et puis m’embrace de sa destre. Tenui eum nec dimi[t]tam. Je l’ay tenu et le tendray, ne pour riens je ne le lerray ne jamais autre n’aymeray.

O tres doulx Dieu, bien doit estre louee et benoiste celle qui peut presenter a son amy ce joly chappellet et l’environner de fleurettes tant odorantes, comme il requiert ou premier chapitre du livre des Cantiques, disant: Fulsite me floribus, stipate me malis, quia amore langueo. Filles de Jherusalem, garnissez moy de fleuretes, 31vavironnez moy de pommetes car je languis d’amouretes. O Dieu, comme doulce requeste. Mais a ce faire sommes nous febles et debiles et avons mestier de vostre aide, sire Dieu, doulx Jhesus, que icy par grace nous vueillez garder et en paradis par gloire.

Amen.

Et par ce moien icy fine le chapelet d’amour divine, escript de la main frere Phelippe, humble celestins.

About this text

Title: Le chappellet d'amour divine.
Edition: Taylor edition
Series: Taylor Editions: Ex Scriptore
Editor: Transcribed by Anne Mouron, Regent’s Park College, Oxford.

Identification

Metz, Bibliothèque municipale, MS 0678

Contents

  • Flyleaf Marc Chaumont
  • Le chappellet d’amour divine, fols 1r-31v
  • Fols 32r-34r Mostly blank, except for a few scribbled letters / words (?)
  • Fol. 34v Several lines of repeated characters, the copyist presumably practising his writing skills
  • Fol. 35r One inscription: ‘De bone vouleur Françoise Chaversson / Gardes a Dieu vostre innocense et voz / en errez bonne retribucions.’
  • Fol. 36r Blank
  • Fol. 36v One inscription: ‘humble Celistine Philippe Marchaumon (?)

Physical description

Materials: Parchment

Object

Hands

Scribe: Frere Phelippe, humble celestins (fol. 31v)

History

Origin

France, Monastery of the Celestines of Metz, 15th century ; Middle French

Provenance

Possessor: Françoise Chaversson, Marc Chaumont

Additional

  1. See Édith Brayer, ‘Recherches sur quelques manuscrits en ancien français provenant du couvent des Célestins de Metz’, Revue d’histoire des textes, 9 (1961), pp. 39-51. This article is available on Persée: https://www.persee.fr/doc/rht_0073-8204_1961_num_9_1960_976 (accessed 2 May 2023).

About this edition

This is a facsimile and transcription of Le chappellet d'amour divine. It is held by the Bibliothèque municipale de Metz , (shelf mark MS 0678). This manuscript is available on BVMM (Bibliothèque virtuelle des manuscrits medievaux): https://bvmm.irht.cnrs.fr/resultRecherche/resultRecherche.php?COMPOSITION_ID=20976 and https://bvmm.irht.cnrs.fr/mirador/index.php?manifest=https://bvmm.irht.cnrs.fr/iiif/23202/manifest . A description of the manuscript is available on Jonas, Section Romane: https://jonas.irht.cnrs.fr/consulter/manuscrit/detail_manuscrit.php?projet=35014 . Arlima has currently no notice for this manuscript.

The transcription was encoded in TEI P5 XML by Emma Huber, University of Oxford.

Availability

Publication: Taylor Institution Library, one of the Bodleian Libraries of the University of Oxford, 2023. XML files are available for download under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License . The images are reproduced from BMVV according to licence CC BY NC 3.0 which authorises reproduction for non-commercial purposes. .

Source edition

Le chappellet d'amour divine. France, Monastery of the Celestines of Metz, 15th century.

Editorial principles

Created by encoding transcription from manuscript.

Rubrication, underlining, and paraph signs, mostly reflect the manuscript’s practice. Note that it is not always possible to distinguish between ‘t’ and ‘c’ and between ‘n’ and ‘u’.

Error reporting: If you notice an error in the transcription, or an alternative reading, please email the ex scriptore team.