Folio 327r

Bonne doctrine pour devotes fames.

Saintte personne et loyale preudefemme doit avoir .xv. perfections ainsi comme .xv. pierres precieuses, de quoy elle doit faire .xv. degres en son cuer pour monter ou temple de paradis, ainsi comme il avoit .xv. degrez ou temple Salemon. De ces .xv. choses les .v. servent a Dieu, les .v. a soy, et les autres .v. a son proixme.

Quant a Dieu doit estre bonne preudefemme de grant foy, de grant esperance, de grant amour, de grant larmes, et de grant oroisons. Quant au premier elle doit veoir son Dieu clerement par vraye foy, et doit croire fermement que Dieu voit tous, se eut tous, et jugera tous, et rendra la peine d’enfer aux pecheurs et la joye du ciel aux boneurex. Et nulle tribulacions ne nul meschief qui li aveingne ne li doit mouvoir sa foy de Dieu.

De ce avons nous exemple en la benoite vierge Marie en cui foy ne fut oncques faussee envers son filz, car que elle vit penre et loyer, batre et dechassier, pendre et trenchier, souffrir et morir, et tous les disciples fuir; toutevoyes creoit elle adés que il estoit vray Dieu, et oncques ne chancella la foy. Et si estoit a si grant meschief de cuer pour la doulour son doulz enfant pour la departie de lui que elle moroit de cuer avec son filz, et le glaive li tresperça l’esperit. Dont dist saint Bernart: ‘doulce vierge Marie, nous preschons de toy par droit et par raison que tu es martire et plus que martire, car la grant douleur de cuer qui fut en toy surmonte la douleur de corps qui puet avoir esté en toy’. A son exemple doit bonne personne sa foy en Dieu tousjours et sa creance avoir.

Aprés elle doit estre de grant esperance, car elle doit avoir toute s’entente a Dieu et toute sa fiance, ne se doit mie attendre ne fier en confors des amis charnelz ne es solas du monde ne en la fausseté des richesces. Et telles Folio 327vappelle saint Pol l’apostre vraies femmes et dit que telle femme qui a perdu le confort du monde doit mettre toute s’entente et toute s’esperance et sa fiance en Dieu. Ne pour haine du monde, ne pour povreté d’avoirs, ne pour dure parole, ne pour tourmens de corps, ne pour decevrance, ne pour mort de soy ou des siens elle ne doit oster s’esperance ou sa fience de son Dieu, le doulz Jhesu Crist.

Et de ce avons nous exemple en la saintte escripture ou Livre des Machabees, les bons chevaliers, d’une bonne dame et de vij filz que elle avoit, de laquelle dit l’escripture que le roy Antioche la fist prendre li et ses enfans. Et pour ce que ilz ne vouloient mie laissier la loy de Dieu, li tirans fist prendre l’ainsné filz devant sa mere et devant ses freres, et li fist la langue couper tous fort et li arracha le cuire de la teste a tout les cheveux et li couppa les mains et les piez, et desrenier le fist ardoit tout vif en une paille de fer sur le feu. Et en telle maniere l’un aprés l’autre jusques au septisme voiant la bonne mere qui les confortoit a bien souffrir et vaincoit et surmontoit la douleur de mere pour la bonne esperance et grant fiance et la bonne attendue que elle avoit a Dieu. Et fut martiriee a la fin aprés tous ses enfans et souffry ainsi comme .viij. martires, c’est assavoir le sien et les .vij. martires a ses vij. enfans en un seul jour, et tousjours s’esperance et sa fiance fut en Dieu.

Aprés elle doit estre de grant amour, car elle doit amer son Dieu sur toutes choses et devroit mieulx vouloir, selon ce que dit saint Anseaulme que tout perit et fondit et ala a niant, que elle courroussast son Dieu mortelment par pechié mortel. Et ainsi comme l’amour de Dieu doit surmonter toutes amours, ainsi la doulours (c’est a dire la desplaisance de cuer que on doit avoir quant on ˋaˊ Dieu corroucié par pechié mortel, combien qu’il soit petit) doit surmonter Folio 328r toutes desplaisances qui puet advenir de perdre tous amis et tous avoir et pere et mere et mary et enfans. Et qui n’a celle amour et telle desplaisance de son pechié, il n’est mie digne de Dieu avoir, selon ce que dit en l’evvangille: ‘qui aime plus soy ou pere ou mere ou filz ou fille de moy, il n’est mie digne de moy’.

Pour ceste amour garder et maintenir laissa madame saintte Marie Magdaleine tou[t] son avoir, parens et amis, et s’en vint a Marceille en estrange païs, et là mist corps a exil pour l’amour Jhesu Crist. Dont nous trouvons de li qu’elle avoit si grant ardeur d’amour que elle ne vouloit homme veoir, ains s’en aloit ou desert où il n’avoit chose de que elle peust vivre, et là fu .xxx. ans passez que nulz ne la savoit ne ne la soustenoit mais que l’amour de son Dieu, et vivoit de la gloire Dieu. Car vij. fois le jour aux. vij. heures, les angelz de Dieu la portoient et ooit la melodie de paradis et puis la raportoient a son lieu, et n’avoit autre viande mais que l’amour de Jhesu.

Aprés elle doit estre de grans larmes, car bonne preudefemme doit souvent plourer et larmoier devant son Dieu. Car l’escripture si dit que nostre sire ne met mie en despit la priere ne la parole ne les gemissemens de la femme orpheline. De ce dit un saint pere en la Vie des Peres: ‘plourons en cest siecle, et n’attendons mie a plourer jusque en enfer où les larmes seront si chaudes quelles ardront ceulz qui plourront’.

De ce avons nous exemple en la vie nostre seigneur saint Augustin de sa mere qui tant ploura longuement et amerement pour salver son filz. Dont messire saint Ambroise li dist une fois: ‘femme, va t’en et pleure tousjours ainsi, car ce ne puet estre que li enfes pour cui mere pleure tant devant Dieu qui soit dampnez ne qui voist a peril’. Lermes de pre[u]defemmes sont adés en saison devant Dieu, dont fait il bon plourer pour soy et pour ses amis sauver et pour son feu estaindre, pour ses pechiez laver. Car pour un seul pechié mortel, comment qu’il soit petit, on a desservi le feu d’enfer qui tousjours durera. Dont convient il assez Folio 328v d’yaue de lermes pour si grant feu estaindre, et especialment quant on a plusieurs pechiez mortelz.

Aprés elle doit estre de grant oroison, car bonne preudefemme cui Dieu a donné le sens et le pooir doit tous les jours dire ses heures de nostre dame et oïr sa messe, et dire ses autres heures des .vij. psammes, des letanies et des vegiles de mors -- selon ce que elle puet -- et doit penser a la benoite ˋmortˊ que souffry le benoit filz de Dieu pour nous. Et especiaulment quant ce vient au soir quant li jours est parfais, elle se doit mettre seul a seul devant Dieu et doit raconter sa journee, comment elle a vescu, des biens que Dieu lui a fait et que elle a afaire doit rendre grace et merci a Dieu. Et puis en la fin se doit recommander a Dieu et a sa doulce mere, soy et ses amis mors et vis, pour lesquelz il est tenus a priers, ne ne doit estre honteuse du dire de si grant oroison.

Trouvons exemple de saintte Anne, la mere Samuel le prophete, de cui dit l’escripture que elle prioit nostre sire tendrement et plouroit et desiroit la revenue son filz. Ainsi doit faire bonne preudefemme pour Jhesu Crist. De saintte [Anne] la prophete de cui dit saint Luc en l’evvangile qu’elle avoit esté .vij. ans en mariage, de là en avant, son seigneur [mors,] elle garda[1] The MS reads: ‘son seigneur elle garda mors et son seigneur elle garda mors et sa veusvee …’ sa veusvee et sa chastee jusques en l’aage de .iiij.xx et iiijv. ans, et ne se departoit ou peu ou neant du temple Dieu, ains vivoit et prioit nostre seigneur et jour et nuit. Et pour ces grans oroisons elle desservi a veoir le benoit filz de Dieu enfant quant la glorieuse vierge Marie le porta au temple Salemon. Et est la v.me chose que doit avoir quant a Dieu bonne preudefemme qui veult sauver son ame.

Quant a soy doit avoir bonne dame, saintte personne et loiale preudefemme, v. choses pour li maintenir sainttement. C’est assavoir abaissement de propre volenté, franche de cuer, chaste de corps, sobrieté de bouche, humilité de robes. Premierement elle [doit] abaissier sa propre voulenté, car elle ne doit mie estre de propre sens ne de propre cuer ne de propre conseil. Car pour neant demande conseil qui croire ne le veult, especialment Folio 329r quant on treuve conseillier en qui on se doit fier. Et selon saint Anselme et saint Bernart nulle chose n’aidera si fors en enfer que propre voulenté et qui [veult] eschapper enfer, il doit oster la volenté d’enfer.

Et de ce avons exemple en madame saintte Helizabeth qui fu fille du roy de Honguerie, de cui nous trouvons que elle garda sa chaasté et sa vesveté, et brisa sa volenté si entierement pour Dieu que elle se mist en l’obedience a un povre preudomme et bon clerc en telle maniere: combien que elle fu fille de roy, si la faisoit il bien discipliner et batre d’une bonne verge que les traces y [a]pparoient ou doux grant temps aprés; ce qui savoit qu’elle vouloit, il li ostoit pour sa voulenté brisier et obedience esprouver. Et pour ce que elle fut toute traitte en Dieu, elle pria nostre seigneur qu’il li donnast des choses du monde desplaisance, et qu’il li ostat l’amour de ses enfans de son cuer et qu’il li donnast force et pooir et pascience de souffrir toutes durtes et toutes tribulacions. Et nostre seigneur lui ottroia ces dons, car elle disoit que elle avoit si brisié sa volenté pour Dieu qu’il sembloit qu’elle n’ammast que Dieu, et en toutes choses elle estoit forte et viguereuse par pacience et appareillié par obedience. Vecy bon exemple de fille de roy et de si noble damme.

Aprés elle doit avoir franchise de cuer que elle ne prise tout le monde mais que tant comme elle doit selon Dieu que li monde ne tiegne mie son cuer en prison. Car selon ce que saint Augustin dit ou Livre de ses Confessions, tuit li cuers sont meschans et en chaitivoisons que l’amour du monde a mis en sa prison. Dont bonne preudefemme doit faire force de mort ne de vie ne de nulles parties, ains doit surmonter en Dieu et garder sa franchise.

De ce avons nous exemple en une saintte dame que saint Jeroisme appelle saintte Paule qui fut une des plus grans dammes de Romme et des plus riches et des mieulz enparentees, et avoit beau seigneur et sage, belle maignie, beaulz enfans, et de grant renommee et pleine de tous biens. De laquelle dit monseigneur saint Folio 329v Jerosme que elle avoit le cuer si tendre que quant son mary fut mort et ij. ou .iij. de ses enfans, il sembloit qu’elle morust avec eulz, si grant doulour menoit. Et toutevoies prist elle si grant franchise de cuer qu’elle vainqui doleur de nature par force de cuer, et fut convertie au service de Dieu en sa vesveté qu’elle monstra sa franchise de cuer en moult de manieres.

Elle laissa son païs et ses enfans, et li sembloit que le cuer li rompist au departir, et ne mena avecques soy que une de ses filles qui estoit vierge et acompaigna sa mere jusqu’a la mort. Et s’en ala oultre la mer et visita les sains lieux où nostre sire avoit esté anoncié, enfanté, mort, et ressucité, et ala par les saintes gens demandant oroisons. Et puis vint arriere en Bethleem et demoura delez la cresche où le filz Dieu avoit esté couschié quant la glorieuse vierge Marie l’enfanta, et [entra] et demoura toute sa vie en penitence, en obedience, en humilité, en pouvreté, et en si grant aumosnes. Car elle estoit ainsi comme mere des pouvres gens, et oncques puis la mort de son seigneur elle ne menga avecques homme combien qu’elle le sceust seur et preudomme, mais que par peril de mort ou de maladie elle gisoit sur terre et sur un lit de haire et nuit et jour en oroison la plus grant partie.

Les plus petis pechies elle les plouroit aussi amerement comme les autres font les grans mortelz pechiez. Toutes les delices que elle avoit en elle elle jeunoit en pleurs. Elle mengoit du pain et de l’iaue. Aux festes, de vin elle ne vouloit boire ne pour prieres de evesques ne pour son pere esperituel saint Jerosme. Tousjours avoit en sa bouche les paroles de Dieu et savoit lire son saul[tier] et les escriptures. Puis aprés elle vint au lit de la mort, et quant elle senti que la mort l’approchoit, si commença a dire: ‘Sire, je vous aime, ta beauté et le lieu de ta gloire. Sire, je te desire tant a veoir et a tenir que mes cuers deffault’. Aprés: ‘Sire, j’ay esleu et voulu estre despitee et pouvre en ses siecles plus que demourer avecques les fausses richeces du monde. Sire, je suis en paix et te rendray m’ame en paix de conscience’. Et un petit aprés Folio 330r rendi l’ame a nostre seigneur. Et dit saint Jeroisme que par le tesmoignage Jhesu Crist que elle avoit si tout departi aux povres de la volenté sa fille que elle ne [li] l[a]is[sa] un seul denier, combien qu’elle demourast orpheline. Ainsi s’en ala la bonne vesve sainte Paule la fille saint Jeroisme en paradis.

Aprés bonne preudefemme doit estre chaste de corps et de cuer car elle doit garder chasteté, purté et pensee en regart, en veoir, en rire, en parler, et en toutes manieres dont mauvais delit puet venir. Car ce dit saint Jerosme que c’est trop tendre chose de chasteté garder entierement. C’est ainsi, dist il, comme une tendre fleur qui tantost marcist et blesmist quant on l’esrache ou on la touche. Et pour ce doit une preudefemme si chaste[m]ent tenir que on ne puisse nulles souspeçons avoir de lui de ceste chasteté garder.

Avons nous exemple es bonnes vierges qui furent ça en arriere desquelles nous vous dirons cy aprés, especialment de madame saintte Juliene de laquelle nous lisons que pour ce qu’elle ne se vouloit marier son pere la fist batre angoisseusement de verges et puis la bailla a cellui qui la vouloit avoir, et elle li dit que ja ne seroit son mary. Il la fist despoillier la seconde fois et batre de verges. Aprés il la fist pendre demi jour par les tresces et li faisoit espandre ploms bouillant sur le chief, et puis si la fist loier de chaienes de fer et la fist mettre en chartre. Li anemis vint a elle en semblance d’un ange pour li decepvoir et li conseillier qu’elle se mariast pour moult de raisons. Adonc la bonne vierge le prist et le commença a batre forment de sa chaienne dont elle estoit liee et en amena l’annemis tous lies jusque devant le juge par tout le marchié, et puis au derrenier le getta en la chambre coye a son droit. Adonc la fist le tirant mettre en une roe. Là furent ses os et ses membres si despeciez et si debrisiez que les moiles en yssoient, mais l’ange nostre seigneur la garist tantost. Puis aprés fut mise en un grant pot plein de ploms fondu pour l’ardoir. Puis au desrenier si ot le chief copé et garda sa chasteté Folio 330v ne oncques puis pour tourment que on li feist ne se voult marier.

Ainsi trovons nous de madame saintte Cristine qui ot le cuer si fort que oncques .iij. juges qui la tourmenterent l’un aprés l’autre ne la porent brisier. Premierement par le commandement son pere elle fut batue de verges a .xij. hommez jusques atant qui furent tous lassez de ferir et de batre. Aprés on li arracha la char de dessus les os a crochez de fer. Elle avoit si bon cuer que elle prist de sa char de dessus ses os que on li enrachoit en sa main et la gitta aux tirans. ‘Tien’, dist elle, ‘mescreant, mengue de la char que tu as engendree’. Puis aprés fut mise sur une roe pleine de feu et d’uille, puis si fut gettee en la mer une pierre au col. Adonc les anges la sauverent, et le filz Dieu la baptisa là endroit en son nom, et la mist saint Michiel a terre. Puis aprés fut mort son pere de mort soubdaine pour ses pechiez.

L’autre juge la fist mettre en une chaudier de fer toute pleine de feu et de poiz pour li ardoir et la faisoit brecier a .iiij. hommes dedens ce feu. Puis aprés fu mise en une fornaise ardent, et là fut .v. jours avecques angelz sans ardor. Aprés elle fu getté aux serpens et aux bestes venimeuses. Aprés le tyrant li fist esrachier et rompre son piz et sa poitrine, et en yssoit le sang aussi blanc comme lait. Aprés li fist couper la langue de quoy elle nommoit Jhesu Crist, et pour ce ne perdit elle pas la parole de Dieu, ains nommoit Jhesu Crist.

Au desrain le tiers juge li trait .iij. saietes, les .ij. encontre le cuer, l’autre par les flans. En ceste maniere saintte Cristine, la bonne crestienne, garda sa virginité et rendi l’ame a Jhesu Crist son amour.

Aprés elle doit avoir sobrieté de bouche, car elle doit chastier son corps et donter sa charoigne que elle ne regibe encontre l’esperit. Dont dit saint Jerosme a une jeune vesve qui avoit perdu son seigneur en sa jonesce et garder se vouloit: ‘tu n’as autre chose a faire’, dist il, ‘que jeuner sur la moleste du lit. Garde que li bains ne t’enbracent ton sang. Il te vault mieulx avoir doulour au corps que avoir mauvais delit au cuer’. Il vault Folio 331r mieulz commander au corps que servir. Ce n’est mie si grant mal d’estre foible des piez comme de estre blecié de pechiez et de li mal garder.

De ceste sobrieté avons nous exemple en saintte Marie d’Egipte de quoy nous lisons qu’elle fut si legiere et si entendue aux dissolucions et aux delices du monde qu’elle ne povoit entrer [ou temple] nostre seigneur en Jherusalem pour aourer la sainte croix avecques les autres gens, et c’estoient les portes du temple ouvertes. Adonc elle pria la glorieuse vierge Marie et ploura amerement et la mist en plege de son amendement, et entra ou temple et aoura la vraye crois. Et acheta .iij. pains d’orge de .iij. deniers et s’en ala ou desert et y demoura .xlvij. ans, et n’ot oncques autre viande du monde ne oncques ne fut veue de nul homme ne de femme dedens .xlvij. ans. Sa robe fu toute rompue et depiecee, et estoit ainsi comme toute arse et toute bruyé de l’ardeur du soleil, et fu en telle abstinence et mena ceste jeune pour sa chasteté garder .xlvij. ans jusques que la fin vint de .xlvij. ans. Nostre sire li envoya un saint pere qui l’acompaigna, et puis elle repaira arriere ou desert ainsi comme elle estoit passee a pié sec par dessus le fleuve Jourdain et rendi l’ame en la main de nostre seigneur. Et la mist en terre cellui saint pere entre li et un lyon que Dieu lui envoia.

Ainsi maintint saintte Marie Egypcienne grant aspreté et grant durté pour garder sa chasteté, car vrayement personne qui mengue bien et boit fermement et rit et se festoye et dort malement et nourrist son corps tendrement ne puet vivre bien chastement. Car plus met on de la buche en la fournaise, et plus y a grant feu; et que plus met on de fiens en un femier, et plus y a de pueurs et de males herbes. Tout ainsi personne qui se nourrist trop doulcement ne se puet garder chastement. Et ce dit messire saint Pol que vesve femme qui meine sa vie en delices et en aise de corps, c’est sa mort, elle vault morte. Prengne si garde qui a garder si a.

Aprés bonne preudefemme doit avoir humilité de robes, Folio 331v car elle ne doit mie estre cointe ne mignote ne jolie ne de mondain atour, ne ne doit avoir corne de motons ne robes de paons, car si fait atour appellé ribaudes, ce disoit saint Jerosme.

De ce avons nous exemple en la saintte escripture de une bonne dame qui avoit a nom Judich. De quoy dit l’escripture en la bible que elle gardoit sa vesveté si humblement que elle avoit fait une chambre secrete en plus hault lieu de sa maison et là demoura entre lui et ses pucelles, et estoit vestue de haire et jeunoit tous les jours de sa vie mais que aux grans festes. Et combien que elle fust grant dame et de grant beaulté et pleine de grans richeces que son mary li avoit laissiees, toutevoyees se tenoit elle en telle humilité que elle portoit la haire. Car en ce que une personne se tourne trop mignotement, cointement ou trop mondainement puet elle pechier mortelment et faire autrui pechier moult griefment. Car personne de mondaine maniere et de legiere atour est abalestre a tour, et telle personne sera tourmentee en enfer et pour son atour et pour tous ceulz qui en pechiez mortelment a son occasion se ilz sont prins en dampnacion. Or se fait bon maintenir humblement de robes pour eschaper ce grant dommage et ce tourment.

Aprés bonne saintte dame et loyale preudefemme doit avoir quant a son proixme pour ce que nulz ne se puist malpaier de lui mais chascun bien paier .v. choses. C’est a dire meurté de vie quant au veoir, seurté de pierre quant au mouvoir, coye et rassise quant au parler, selee et close quant a aler, doulce et piteuse quant a orer. Premierement doit avoir meurté de vie quant au veoir, car elle doit estre ainsi comme une vielle meure qui n’a cure de veoir autrui beaulté ne n’a cure que on la voie. Car ce sont les commençailles de pechiez quant on regarde autrui curieusement ou veult estre regardé.

De ce regard se regarderent bien .ij. bonnes vierges dont l’une ne voult oncques veoir monseigneur saint Martin qui la venoit visiter et sauver ains li respondit que elle n’avoit mie de coustume que nulz homs la veist, et li sains Folio 332r homs en fut bien payez. De l’autre, qui avoit a nom Margarite Pelage, lisons nous que elle estoit si belle et si riche et si noble de lignage, et si meure et si honneste que nul homme elle ne vouloit veoir ne ne vouloit que nulz homs la veist. Et p[u]is la nuyt que elle devoit estre mariee elle coppa ses tresces et s’enfuy en un hermitage, et là se rendi et y fu enclose en une roche et vivoit de un pou de pain d’orge et d’un pou d’eaue, et ne savoit nul qui vesquist que elle estoit devenue jusqu’a la mort que les sainttes dames trouverent que c’estoit une vierge. En tel destroit se mist Margarite Pelage pour garder sa meureté et son regart de pechié et d’oultrage. Prengne si garde qui sera sage.

Aprés bonne preudefemme doit avoir seurté de pierre que tout ainsi que une pierre ne se meut ne ne muet autrui pour chose que on die ne que on face, ainsi bonne persone doit estre aussi souffrant, aussi martire comme la pierre, comme en exemple nous lisons de sainte Agathe et de sa compagne saintte Luce, saintte Agathe qui estoit si gentil femme et si belle et si bonne que elle fut baillié a x foles femmes pour li esmouvoir et traire a pechié. Elles li promettoient toutes les aises du monde et la menaçoient que le juge la menaçoit de faire mourir a doulour, se elle ne s’acordoit a leur conseil, mais oncques la bonne vierge ne s’en esmut de chasteté ne de sa fermeté. Dont dist l’une des foles femmes quant elle vit que elle ne la pourroit mouvoir aussi tost, ‘et plus pourroit on une pierre amolir et de fer faire plomb comme nous pourrions esmouvoir le cuer de ceste vierge a menassier’. Et pour ce le juge tirant la fist batre de buffes, et la fist mettre en un estendart, et li fist coper son pis emprés sa poitrine, et la fist mettre sur le feu, et puis en chartre. Ne oncques puis ne se mut la bonne vierge de sa seurté, de sa meurté, et en priant nostre seigneur en la prison rendi l’ame et morut.

De madame saintte Luce trouvons nous que li tyrans la fist traire et sachier a mille hommes et aux beufs, ne oncques ne la porent mouvoir de son lieu si l’avoit Folio 332v asseuree et affermee le sains esperit. Et li fist on faire entour li un grant feu ardent et au desrain li fist on passer une espee parmi la gorge. Et puis survesqui elle tant que elle receupt le corps nostre seigneur et rendi l’ame là endroit, ne oncques ne la pot on mouvoir ne par beau semblant ne par tourment.

Aprés bonne preudefemme doit estre coye et rassise a parler que elle ne soit ne mesdisant ne mentent ne chantant, ne qu’elle jure Dieu de sa bouche mal ne villennie ne durté ne pointures ne paroles villaines ne mondaines ne fellonnesses, ne qu’elle n’escoute pas voulentiers nouvelles de autrui ne ne les die, car nostre seigneur dist que toutes les oiseuses paroles il en convendra rendre raison au jour du jugement. Et especiaument de celles qui sont nuyseuses de bien parler et sagement avons nous exemple en madame saintte Katherine qui parla tant sagement et tant sainttement que elle confondi les mauvais tirans et confondi les. l. maistres qui desputoient encontre lui. Elle dist a l’empereur: ‘je me suis donnee espouse a Jhesu Crist. C’est mon amour, c’est ma doulceur. Ne pour bien ne pour mort je ne me tenray de lui amer car il est poissant sanz fin, beaulz et glorieux, mais cilz du monde sont mortelz, leis et deshonnourez, et pour ce je me tanrray a Dieu amer’. Ne oncques ne chartre ne fammines ne les roes ne les cloux de fer ne autre tourment ne la firent deshonnestement parler mais adés sainttement.

De madame saintte Agnes nous trouvons lisant que quant le filz au prevost de Romme la demandoit et li envoioit de ses plus beaulz joyaulz qu’il povoit avoir, elle li respondi: ‘va t’en, laisse moy en paix, alumaille de pechiez, nourriture de mal, pointure de mort, car j’ay plus beau seigneur, plus riche, plus poissant et plus loial ama[n]t que tu n’es. C’est assavoir le benoit filz de Dieu qui m’a donné l’anel de crestienté et m’a faitte une enseigne en la face que je ne dois autrui amer que mon Dieu seulement’. Folio 333r Ne oncques ces paroles on ne li pot faire changier ne pour honte de lui despoillier quant nostre seigneur la couvry de ses cheveulx et li envoya une blanche robe a sa mesure, ne pour feu où elle fut gettee ne pour l’espee dont elle fut murdrie, ains avoit tousjours Jhesu et bonnes paroles et chasteté en la bouche jusques a la mort. Et si n’avoit que xiij. ans quant elle fut occise, de madame saintte Katherine que .xviij. ans, si a bon exemple de bien parler.

Aprés bonne personne doit estre selee et close quant a aler. Elle ne doit mie estre en alee ne aler de maison en maison se il n’y a bonne raison. Ses voies doivent estre au moustier au sermon et en sa maison. Dont dit saint Jerosme enseignant une bonne vierge, la fille saintte Paule de qui nous avons dit par dessus: ‘garde toy de vin comme de venin. Tien la compagnie de celles qui jeunent voulentiers et souvent et qui ont les faces mates et paales qui sont de aage et de bonne vie, et tien te close en chambre tant comme tu pourras. N’ayes cure de veoir jeunes gens ne de eulx compagnier ne de veoir joliveté du monde. Certes Dieu ne veult pas que tu te moustres au monde, car se tu vas en la compagnie du monde entre les autres mariez et les jonnes gens a marier, tu oïras les chançons, les dissolucions. Tu verras les festes et les desordenances qui te feront temptacion au cuer et te ramentevront ce qui est passé. Mengier te convendra, on te semonra de prendre le vin, de baignier, de toy aisier, de faire feste. Et quant tu feras ces choses au gré des gens, chascun te louera, chascun te tendra a bonne dame, a courtoisie et ˋaˊ sage et qui bien scet que on doit faire. Et Dieu ne t’en sauera gres ains te tenra a fole et a musarde’. Le tison qui est ou feu ne doit on mie approuchier ains s’en doibt on soubstraire. Ainsi di je que personne qui se veult maintenir sainttement se doit tenir closement.

De ce avon[s] nous exemple de madame saintte Margarite Folio 333vqui gardoit ses berbis sa nourrisse, et gardoit Dieu en son cuer closement, et son corps chastement, ne oncques li tyrans Olibrius ne li pot decevrer son cuer de Dieu, son corps de chastee pour nul tourment jusqu’a la mort.

De madame sainte Cecile lisons nous que elle estoit noble dame, et portoit la haire dessoubz ses robes, et estoit tousjours en oroison en sa chambre, et prioit Dieu et ses sains qu’ilz li gardassent sa chasteté. Et on la trouva aucune fois seule a seule avecques son espoux en sa chambre entre li et son ange qui leur aportoit deux couronnes de lis et de roses pour leur chasteté, et en mist une ou chief Valerien, son seigneur et son frere. Ne oncques saintte Cecile ne fut desclose ne decevree pour le chaut baing ardent et bouillant où le tirant la fist mettre un jour entier et une nuit. Là endroit fut elle ferue .iij. fois de l’espee sur le col a grant doulour. Puis toutevoies vesqui elle .iij. jours et rendi l’ame close et chaste en la main de Jhesu Crist. Car personne qui est baude et desclose de cuer et de corps, il approche sa mort et se met en peril de sa temptacion.

Aprés bonne dame doit estre doulce et piteuse quant a oeuvres, car elle doit estre pleine de pitié envers les pouvres gens et envers les malades, et faire toutes oeuvres de pitié et de misericorde. Car ce dit la saintte escripture que cellui qui ne fera misericorde Dieu le jugera sanz misericorde, car il leur dira au jugement: ‘alez vous ent, mauvais sanz pitié, ou feu d’enfer sanz fin. Pour ce que je avoie fain et soif et estoie nuds, malade et en chartre, et sanz hostel ˋetˊ avoie assez de pouvreté, vous ne me fistes oncques a mes pouvres gens ne doulceurs ne pitié que feist a compter, et pour ce estes vous dampnes’. Ce que on fait aux pouvres, on le fait a Dieu pour qui le pouvre demande.

De ce avons exemple de moult de sains et especialment de madame saintte Marthe, la seur a la Magdalaine, de qui nous lisons que elle recepvoit le benoit filz de Dieu en son hostel et le servoit et le pou[r]veoit doulcement Folio 334r et lui et les autres pouvres qui estoient en la compagnie nostre seigneur pour l’amour de lui. Et quant nostre sire fu montez ou ciel, elle garda sa virginité et ne mengoit ne char ne graisse ne oefs ne fromages ne ne mengoit que une fois le jour. Et nostre sires li fist savoir le jour de sa mort que elle devoit morir. Et quant saintte Marthe fut pres de l’eure de la mort, les anemis lui apparurent et elle commença a prier Jhesu Crist: ‘mon chier pere, ami et hoste, ayde moy contre mes anemis qui ont escript quanque j’ay mespris contre vous. Mais, doulz sauveur, sauve moy et ne t’eslongne pas de moy’. Et puis vint le benoit filz de Dieu et li dist: ‘vien a moy, chiere hostesse, tu m’as souvent receu au monde, et je te recevray ou ciel en ma gloire. Et ceulz qui me requerront en ton nom, je les recevray pour l’amour de toy’. Puis ces choses elle se fist porter en la place pour ce que elle peust le ciel veoir et se fist mettre en terre sur cendre et la crois devant soy et dist: ‘chiers amis et chier hoste, le doulz Jhesu Crist, je te prie que tu gardes ceste povre personne et me reçoy en ton hostel en paradis’. Et fist lire la passion nostre seigneur selon saint Luc. Et quand ce vint ad ce mot: Pater in manus tuas, Domine, etc. ‘Beau pere, je comma[n]de mon esperit en tes mains’, et elle trespassa en la main de Jhesu Crist qui fut present a li mettre ou sepulcre, et lui et son pere que on appelloit saint Front, evesque de Peregort. Telle honneur fist nostre pere Jhesu Crist a cellui qui li avoit fait pitié en douleurs.

Ci fine la rieule des preudefemmes. Priez pour cellui qui la fist et qui l’escripst.

Deo gracias.
P. Delacroix.

About this text

Title: Bonne doctrine pour devotes fames.
Author: Anon.
Edition: Taylor edition
Series: Taylor Editions: Ex scriptore
Editor: Transcribed by Anne Mouron, Regent’s Park College, Oxford [Note:] Thanks are due to Dr. Jane Bliss for her assistance with with some difficult readings in the manuscript.Encoded by Emma Huber.

Identification

Paris, Bibliothèque nationale de France, MS français 926, fols 327ra-334rb

Contents

This manuscript contains devotional works in French (some of them translations from Latin) accompanied with some beautiful illustrations (fols 2r, 52r, 113r, 216v). The text is written into two colums (with the exception of the Table of Contents on fol. 1v). The scribe has corrected his text but not systematically.

  • Fols ir-iiv left blank.
  • Fol. 1r left blank.
  • Table of Contents, including a note on the manuscript, fol. 1v
  • Bonaventure, Le traittié de l'esguillon d'amour divine, translated by Simon de Courcy, fols 2ra-112ra
  • Fol. 112v left blank.
  • Henry Suso, L'Orologe de sapience, translated by a Franciscan of Lorraine, fols 113ra-277vb
  • Fol. 278r-v left blank.
  • Jean Gerson, La université de Paris yci parle au roy et a son grant conseil sur le fait de avoir union en l’eglise, fols 279ra-316va
  • Philippe de Vitry, Le chappel des .iij. fleurs de lis, fols 317ra-326rb
  • Fol. 326v left blank.
  • Bonne doctrine pour devotes fames, fols 327ra-334rb
  • Fol. 334v left blank
  • Fol. 335r: two inscriptions: ‘?... de Jehanne de Bourbon’ and below in a much larger and somewhat hesitant script: ‘Jehanne de Bourbon’.
  • Fols 335v-337v left blank.

Physical description

Materials: Parchment.

Hands

According to the manuscript the scribe is P. Delacroix (fols 110v, 334r).

History

Origin

This manuscript was written in 1406 for Marie de Berry (c. 1375 – June 1434, daughter of John Duke of Berry) under the direction of Simon de Courcy, her confessor.

Fol. 1v has the following note: Et apertient ce dit livre a tres haulte et poissant dame Marie, fille de tres redoubté prince, Jehan Duc de Berry, filz de roy de France. Et le fist escripre par grant diligence frere Symon de Courcy, cordelier, confesseur de la ditte dame. Si plaise a tous ceulz et celles qui ce livre verront et liront de prier Dieu pour yceulz dessus nommez. Et que en lisant du dit livre puissent tellement y profiter que en paradis avec le doulz Jhesus et la glorieuse vierge Marie sa mere puissent habiter. Amen, que Dieux l’ottroit. Et fut achevez l’an mil. cccc. et .vj. le jour de la Penthecouste.

The name ‘Jeanne de Bourbon’ at the end of the manuscript (fol. 335r) refers to Marie de Berry’s granddaughter. She died in 1502.

Error reporting

If you notice an error in the transcription, or an alternative reading, please email the ex scriptore team.

Further information

The Bibliothèque nationale de France has digitised the whole manuscript which is available for consultation at: https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc51183b. The digitised images are available at: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b104686087 . Another description of the manuscript is available on Jonas, Section Romane : https://jonas.irht.cnrs.fr/consulter/manuscrit/detail_manuscrit.php?projet=73001. See also: Arlima: https://www.arlima.net/mss/france/paris/bibliotheque_nationale_de_france/francais/926.html

For a longer description of the manuscript, see A. Paulin Paris, Les manuscrits françois de la Bibliothèque du roi: leur histoire et celle des textes allemands, anglois, hollandois, italiens, espagnols de la même collection, Volume 7 (Paris: Techener, 1848), No 7275, pp. 256-268. The volume is available on Google Books.

About this edition

This is a facsimile and transcription of Bonne doctrine pour devotes fames. It is held by the Bibliothèque nationale de France (shelfmark: MS français 926, fols 327ra-334rb.

The transcription was encoded in TEI P5 XML by Emma Huber, University of Oxford.

Availability

Publication: Taylor Institution Library, one of the Bodleian Libraries of the University of Oxford, 2024. XML files are available for download under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License .

Source edition

Bonne doctrine pour devotes fames. 1406.

Editorial principles

Created by encoding transcription from manuscript.

The rubrication and other colour inks (brown for gold) reflect the manuscript’s layout.