[Page a1r]
    LE COVRIER DE LA COVR, APPORTANT LES NOVVELLES de ce qui s'est passé à S. Germain en Laye. Depuis le 22. Mars iusques au dernier iour du mesme mois.
    EN UERS BVRLESQVES.
    [Printers Ornament ]
    Iouxte la coppie imprimée à Paris. A ROVEN, Chez IEAN LOYSELET, demeurant ruë Ganterie dans la court du Fer à Cheual. Et chez PIERRE GEOFFROY, demeurant ruë de la Prison prés l'Escu d'Orleans, dans la court des deux Anges. M. DC. XLIX..
    Auec Permission.
    [Page 3]

    LE COVRIER DE LA COVR, PORTANT LES NOVVELLES de ce qui s'est passé à S. Germain en Laye.

    EN VERS BVRLESQVES.

    Dans le Lundy vingt-deuxiesme
    La Reyne à cause du Caresme,
    Demeura malade en son lict
    Ainsi que mon amy m'écrit,
    Toute la Cour fut bien troublée,
    Mais à l'instant fut consolée
    Par le discours du Medecin
    Qui fit entendre au Mazarin
    Que dans demain la bonne Reyne
    Seroit hors de mal & de peine.
    Il quitta bien-tost le rancoeur
    Qu'il auoit conceu dans son coeur,
    Ce Medecin fut bon Prophete,
    La Reyne ce iour là fut preste
    De faire sa deuotion
    [Page 4]
    Ne sentant plus d'affliction,
    Elle a mortit vne querelle
    Qui bien souuent se renouuelle
    Entre son Ministre Italien,
    Et la riuiere qui n'a rien
    Que du caquet & des paroles
    Dont les effets sont des friuoles,
    S'il auoit vn peu de valeur
    Il feroit que ce grand voleur
    Sortiroit bien-tost de la France,
    Lors il auroit pour recompence
    Le grand bonnet de Cardinal
    Qui le garderoit de tout mal.
    Le mesme Mardy l'on m'asseure
    Que la Duchesse qui demeure
    Dans Ruel qu'on nomme d'Aiguillon,
    A presenté plus d'vn milion
    A la Reyne nostre Regente,
    Qui parut en estre contente:
    Elle traitta splendidement
    Les Deputez du Parlement
    Qui sont dans ceste Conference,
    Auec ceux-là de sa Regence.
    Le Mercredy qui suit apres
    La Reyne eut detres grands regrets
    A lors qu'elle apprit la nouuelle,
    Que son armée si fidelle,
    Auoit senti le rude effort
    Du braue Archiduc Leopold,
    Dieu[Page 5]
    Dieu n'authorise pas le Prince
    Qui fait contre cette Prouince,
    Sans doute que ce grand Bourbon
    Auroit eu encore du bon,
    Car on sçait bien que la victoire
    Se plaist à conseruer sa gloire,
    S'il n'armoit pas contre Paris
    Il seroit de ses fauoris,
    Et dans le milieu des allarmes
    Son bras moissonneroit des Palmes
    Et i'assure par sainct Denis
    Qu'on l'estimeroit le Phenix,
    Des plus grands Heros de la terre
    Qui triomphent parmy la guerre,
    Le Ieudy suiuant vn courier
    Qui portoit mine de guerrier,
    Approcha la Cour de la Reyne
    Pour luy dire qu'en la semaine
    Elle deuoit faire la paix:
    Car les Normands les plus huppets
    S'estoient desia mis en campagne
    Pour ioindre les forces d'Espagne
    Et venir fondre à sainct Germain
    Auec le genereux dessein
    De punir l'iniuste insolence,
    De nostre ministre de France:
    Le mesme iour nostre grand Roy
    Demanda à son Villeroy,
    Son gouuerneur benin & sage
    B[Page 6]
    Pour quel suiet dans ce village,
    On le fait estre si long temps
    Sans auoir aucun passetemps:
    Lors son Gouuerneur luy dit, Sire,
    Ainsi la Reyne le desire,
    Le Roy luy dit sans plus parler
    Dans Paris ie m'en veux aller,
    Le Duc d'Anjou ce ieune Prince
    Qui n'a pas la memoire mince,
    Luy dit, Sire, ie me souuiens
    Que l'on disoit que les moyens
    De delaisser ce lieu sinistre
    Est de chasser vostre ministre
    Apres nous entendrons les cris
    De vos Bourgeois dedans Paris,
    Lors le Mazarin qui se picque
    De paroistre bon domestique,
    Pria Monsieur son Gouuerneur
    De tascher qu'il eut le bon heur,
    De rendre quelque bon office
    Au Roy selon son exercice,
    Croyant ainsi de l'obliger
    De ne plus à Paris songer,
    Portant nostre ieune Monarque
    Fait voir à tout moment la marque
    Du desir dont il est espris
    De retourner dedans Paris,
    Gaston est son oncle tres digne
    Qui par vne grace diuine,
    [Page 7]
    Soustient le fardeau de l'Estat
    Comme doit faire vn Potentat.
    Le Vendredy vingt-septiéme,
    Animé d'vn desir extréme,
    De mettre le peuple en repos
    Enuoyassent vn de ses supposts,
    A Ruel à cette Conference
    Pour apprendre qu'elle esperance
    On {lny} donneroit de la paix
    Qu'il desire plus que iamais
    On fit sçavoir à son Altesse
    Que par vne sentence expresse,
    Le Parlement a resolu
    Comme tousiours il a voulu,
    Que le Mazarin hors de France
    S'en aille auec diligence,
    La paix en apres se fera
    Et qui pour iamais durera.
    Le dernier iour de la semaine
    Le grand Gaston fut bien en peine
    Pour raconter tout ce discours,
    A la Reyne qui veut tousiours
    Que le Mazarin aye en France
    De nos affaires l'Intendance,
    Ayant recueilly ses esprits
    Il luy dit qu'il auoit appris,
    Que par la voix la plus commune
    Il falloit que pour la fortune
    Des François le sieur Mazarain
    [Page 8]
    Se retirast auec son train,
    La Reyne se mit en cholere
    Disant qu'on luy vouloit desplaire,
    Et ruiner ce grand Estat,
    Alors Monsieur luy protestat
    Que l'on tenoit la Conference
    Pour le plus grand bien de la France
    Apres le Dimanche suiuant
    Le Mazarin ayant le vent,
    Qu'il falloit quitter cet Empire
    Lors qu'il vit le Roy, luy dit Sire,
    Il faudra donc qu'au premier iour
    Ie m'esloigne de vostre Cour,
    Le Roy d'abord se prit à rire,
    Disant c'est ce que ie desire.
    Le Lundy qui suit en apres
    De Mazarin vn homme expres
    Enuoyast à Ruel pour apprendre
    S'il deuoit bien tost s'en descendre.
    Le Mardy trentiéme il apprit
    Son congé couché par escrit,
    On tient que le trente-vniéme
    Il doit aller rendre luy mesme,
    Les deuoirs & ciuilitez
    A nos Messieurs les Deputez.
    FIN.

    About this text

    Title: Le Covrier de la Covr, apportant les Nouvelles de ce qui s'est passé à S. Germain en Laye.
    Author: Anon.
    Edition: DIY Edition
    Series: Taylor Editions: Mazarinades
    Editor: Created by Eileen Jakeway.

    Description

    I chose to create a digital edition of this mazarinade for both scholarly and practical purposes. As a graduate student in early modern French literature, I was curious about the medium of the pamphlet as a simultaneously political and literary artifact and how its design for mass dissemination complements the digital medium displayed here on the website. Technically speaking, the shorter format and legible print made the text much more easily transcribable, so I could focus on learning about all of the processes used in order to actual create a digital edition and make it freely accessible online. In addition to better understanding the purpose of XML and encoding, I’ve come away from this course with a new set of digital skills that I plan to apply to my future work within and outside academia.

    About this edition

    Transcribed from Taylor Institution Library VET.FR.I.B.221(14). Images scanned from Taylor Insitution Library VET.FR.I.B.221(14).

    Availability

    Publication: Taylor Institution Library, one of the Bodleian Libraries of the University of Oxford, 2018. XML files are available for download under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License . Images are available for download under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License .

    Source edition

    Le Covrier de la Covr, apportant les Nouvelles de ce qui s'est passé à S. Germain en Laye. Rouen: Iean Loyselet et Pierre Geoffroy, 1649.  

    Editorial principles

    Created by encoding transcription from printed text.

    The following is a semi-diplomatic transcription of “Le Covrier de la Cour.” Modern orthography has been employed. All original spelling has been maintained, including the differentiated use of u in the place of v and i in the place of j; in other places, “j” is represented by the letters “si.” All accents and original punctuation have been reproduced here, although editorial choices about spacing were made; where the editor felt the original lack of spacing between words would have made the document less readable or unclear, modern spacing practices were used. On line 210, there appears to be a printer error: it reads “lny” instead of “luy” however the transcriber maintained the mistake as such and draws attention to it here.